Un homme bat sa femme: «Ne dis pas ton prénom, au cas où la police regarde»

Faits Divers NOM

par Nouvel Ordre Mondial 113 Vues comments

Un homme bat sa femme: «Ne dis pas ton prénom, au cas où la police regarde» Nouvel Ordre Mondial, Nouvel Ordre Mondial Actualit, Nouvel Ordre Mondial illuminati

Depuis le milieu de cette semaine, une vidéo particulièrement violente tourne sur les réseaux sociaux francophones. Les images ont d'ailleurs été envoyées par plusieurs lecteurs choqués, à la rédaction de «20 minutes».

Les images montrent une femme se faire battre avec une ceinture par un homme. Un troisième individu filme la scène qui se déroule sur un terrain vague. Sous la violence des coups, la victime crie de douleur avant de demander «pardon» à son bourreau. En préambule, c'est-à-dire avant que les coups ne pleuvent, on entend l'homme dire à la femme: «Ne dis pas ton prénom, au cas où la police regarde la vidéo.»

Images diffusées sur Twitter

D'après ce que l'on peut entendre, l'homme reproche à sa victime d'avoir «sonné sans autorisation» chez lui et ne pas être «restée à sa place». La jeune fille reconnaît ses torts et jure qu'elle ne le refera «plus jamais», mais rien n'y fait, les coups continuent.

Les images ont été diffusées mercredi sur le compte Twitter de l'association L'Amicale des Jeunes du Refuge, relève FranceSoir.

«Cela concerne TOUT le monde»

En accompagnement de ces images, l'association explique que le drame en question «ne concerne pas la lutte contre l'homophobie, cela concerne TOUT le monde. Les violences faites aux femmes c'est ça. Un homme qui bat violemment une femme avec sa ceinture pour lui rappeler où est sa place.» Le site français précise que cette association militante LGBT d'entraide, de solidarité et de lutte contre l'homophobie a alerté la police nationale, qui a ouvert une enquête et demande de ne pas relier cette vidéo.

Si le bourreau risque de 3 à 10 ans de prison selon la gravité des blessures infligées et selon les circonstances (préméditation...), l'auteur de la vidéo pourrait, lui, encourir jusqu'à cinq ans de prison, relève France Soir.

(cga)


Commentaires