Tout est politique. Accueil de l'"Aquarius" par l'Espagne : "Emmanuel Macron n'a pas pris position, c'est à déplorer", estime Laurence Sailliet

Société

par Nouvel Ordre Mondial 21 Vues comments

Tout est politique. Accueil de l'"Aquarius" par l'Espagne : "Emmanuel Macron n'a pas pris position, c'est à déplorer", estime Laurence Sailliet Nouvel Ordre Mondial, Nouvel Ordre Mondial Actualit, Nouvel Ordre Mondial illuminati

Laurence Sailliet, porte-parole du parti Les Républicains, invitée de franceinfo (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

L'Espagne a proposé d'accueillir l'"Aquarius", le bateau de SOS Méditerranée avec à bord 629 migrants. L'Italie et Malte ne voulaient pas accueillir le navire. Sur ce sujet, la France ne s'est pas exprimée, ce que regrette Laurence Sailliet, porte-parole du parti Les Républicains. "Emmanuel Macron n'a pas pris position. Il sait le faire quand le sujet est difficile. C'est à déplorer", a ajouté, lundi 11 juin, Laurence Sailliet, invitée de Tout est politique sur franceinfo. Mais elle a refusé de dire ce qu'aurait fait Les Républicains si le parti était au pouvoir. "Nous ne sommes pas au pouvoir, nous n'avons pas à répondre à la place du président de la République", a expliqué Laurence Sailliet.

franceinfo : Que pensez-vous de la situation ?

Laurence Sailliet : Le président de la République n'a pas pris position. Il sait le faire quand le sujet est difficile. C'est tout à fait à déplorer. Il ne faut pas dire qu'on ne l'a pas sollicité, il avait tout le choix de le faire. Sa voix était attendue. Le problème est plus global. Nous sommes en échec total en Europe pour la gestion migratoire. Et c’est un sujet qui est très important et qui le devient au point de faire monter une forme de rejet de l’immigration. On ne peut pas condamner l’Italie, qui s’est retrouvée souvent seule à gérer cette situation. Ce que nous voulons, c’est une politique migratoire européenne et française responsable. Dans le projet de loi asile-immigration, rien n'a été réglé. Le président de la République est dans l'incapacité de nous dire comment il va gérer les flux migratoires, que ce soit au niveau des réfugiés ou de l'immigration légale. C'est lui qui est aux affaires, on ne va pas répondre à sa place.

Laurence Sailliet, porte-parole du parti Les Républicains

François Kalfon, membre du bureau national du Parti socialiste

François Patriat, président du groupe La République en marche au Sénat


Commentaires