Tirs de missiles israéliens dans le sud-ouest de la Syrie

Actualité Internationale

par Nouvel Ordre Mondial 8 Vues comments

Un missile israélien au-dessus de la Syrie, le 10 mai 2018. (SANA/AFP/Handout)

Des tirs de missiles israéliens ont touché mercredi des positions de l’armée syrienne dans le sud-ouest de la Syrie, près des hauteurs du Golan occupé, a annoncé l’agence d’État syrienne SANA.

«L’aviation de l’ennemi israélien a lancé des missiles sur plusieurs positions de l’armée» dans la province de Quneitra, causant des dégâts matériels, selon SANA.

L’armée israélienne a confirmé dans un tweet avoir frappé «trois positions militaires en Syrie, en réponse à l’infiltration d’un véhicule aérien sans pilote (UAV) en Israël depuis la Syrie, qui a été intercepté» par les forces armées israéliennes.

L’armée affirme sa détermination «d’agir fermement contre toute tentative de nuire aux civils Israéliens et de violer la souveraineté israélienne».

Auparavant, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) avait estimé que les missiles israéliens avaient frappé le nord de cette province ainsi que des zones le long de la frontière avec le Golan.

«Des frappes de missiles ont touché la zone de Hadar dans le nord de Quneitra tandis que d’autres (frappes) ont touché des positions du régime et de ses alliés près de la ville de Baath et du village de Jaba village», a dit l’OSDH sans faire état de victimes.

Initialement, l’agence SANA avait affirmé que la défense aérienne syrienne avait repoussé une attaque de missiles israéliens sur des positions de l’armée dans cette région. Plus tôt dans la journée, l’armée israélienne a indiqué avoir intercepté un drone en provenance de Syrie grâce à un système antimissile, déclenchant une alerte dans le plateau du Golan, en grande partie occupé et annexé par Israël.

Il s’agissait «d’un drone syrien non armé qui semblait mener une mission de collecte d’information», a précisé un porte-parole militaire, Jonathan Conricus.

La police israélienne a par ailleurs demandé à tous les bateaux sur le lac de Tibériade, proche de cette région, de ne pas naviguer pour des raisons de sécurité.

Depuis quelques semaines, Israël est en alerte, après l’offensive déclenchée le 19 juin par Bachar al-Assad et ses alliés en vue de reprendre les zones rebelles dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie.

L’armée israélienne a annoncé début juillet avoir renforcé ses troupes sur la partie israélienne du plateau du Golan occupé et annexé.

Israël a frappé à plusieurs reprises le territoire syrien, notamment contre des convois d’armes destinées, selon lui, au Hezbollah libanais, allié du régime syrien et ennemi de l’État hébreu.

Israël et la Syrie sont en état de guerre. Israël s’est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau syrien du Golan, qu’elle a annexée en 1981. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.


Commentaires