Sur les réseaux. Téléphone au volant, mort au tournant

Dernières news

par Nouvel Ordre Mondial 25 Vues comments

Un accident mortel sur dix est lié à l'usage du téléphone au volant. Un délit bientôt sanctionné par la retenue pure et simple du permis. À l'heure où les cabines téléphoniques disparaissent du paysage au rythme de 14.000 par an depuis 1997 (*), le smartphone est devenu une extension de nous-mêmes. 97 % des Français de plus de 12 ans en possèdent un. 

Et il suffit de constater, comme Frank, « la sidération d'une ado devant la scène de la cabine qui ne marche pas dans "La Boum" » pour prendre conscience de notre dépendance. L'hyperconnexion dont nous souffrons tous est pourtant tueuse. Téléphoner au volant multiplie par trois le risque d'accident, lire un message au volant par 23 au moins. 

Un constat qui est mieux intégré par les internautes que le lien de causalité entre la vitesse et l'insécurité routière, si l'on en croit la polémique sur le passage à 80 km/h des routes sans séparateur central.

Loïg y va franco de port : « Avec tous ces corniauds qui téléphonent au volant, il va y avoir des rétentions de permis. Moins de monde sur les routes, c'est cool ! ». Michel, en vadrouille sur les routes de Morlaix (29), liste le téléphone au volant à la première place des sept infractions constatées. Même constat pour Jacki du côté de Paimpol (22). 

Ce qui fait dire à Jean-Louis, Jean ou Pascal qu'il s'agit d'une bonne mesure : « Il était temps, il faut respecter le code de la route, très bonne décision ! ». D'accord également avec un durcissement des règles, Rémi interpelle la filière auto : « Pourquoi ne pas chercher un système bloquant purement et simplement les mobiles de la voiture ? ». 

Quelques-uns, pourtant, font de la résistance. Neiz Vran est de ceux-là : « Macron n'a pas été élu pour ça. Quid du chômage, de la relance, du RSI, de la santé ? ». Pour lui, comme pour Maurice et quelques autres, « la mesure ne vise qu'à récupérer plus d'argent... » alors qu'il faudrait déjà instaurer « une visite médicale et un contrôle des capacités de conduite réguliers ». Sur ce point, tout le monde tombe d'accord. 

* 300.000 cabines en 1997, 15.000 en 2017.


Commentaires