SNCF : "Nous sommes en train de réunir les ingrédients d'un rapport de force victorieux" selon Adrien Quatennens

SNCF : "Nous sommes en train de réunir les ingrédients d'un rapport de force victorieux" selon Adrien Quatennens

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 32 Vues comments

Adrien& Quatennens, député de La France Insoumise de la 1ère circonscription du Nord, invité de franceinfo jeudi 17 mai.&
Adrien Quatennens, député de La France Insoumise de la 1ère circonscription du Nord, invité de franceinfo jeudi 17 mai.  (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Après avoir été adoptée à l'Assemblée nationale, la réforme de la SNCF va être débattue au Sénat à partir du 23 mai. Cette semaine, les cheminots sont appelés par l'intersyndicale à donner leur avis sur la réforme, lors d'une vot'action. "Nous sommes en train de réunir les ingrédients d'un rapport de force victorieux" face au gouvernement, a estimé, jeudi 17 mai sur franceinfo, Adrien Quatennens, député France insoumise du Nord. 

"Je pense que nous allons avoir l'occasion d'exiger" le retrait de la réforme de la SNCF, a poursuivi l'élu. "Il y a une votation en cours à la SNCF, le résultat sera à mon avis écrasant. Personne dans la majorité n'a pu nous faire la démonstration que l'ouverture à la concurrence est un gage d'efficacité", a affirmé Adrien Quatennens. Pour le député insoumis, "Emmanuel Macron est en train de défaire la France à marche forcée". "Il n'a pas, compte tenu du contexte de son élection, une adhésion massive pour son projet et son programme. Ça fait un an qu'il est au pouvoir et relativement peu de Français sont satisfaits de son programme", a jugé Adrien Quatennens. 

La France insoumise a appelé à une marche le samedi 26 mai pour protester contre la politique gouvernementale. La CGT a répondu à l'appel. "Ce qui se passe est historique. Vous avez pour la première fois plusieurs organisations associatives, syndicales et politiques qui convergent. L'idée est d'avoir une multitude de mobilisations dans toutes les grandes capitales régionales", a affirmé Adrien Quatennens. "La configuration est historique, neuve. Elle signifie la colère dans le pays. La colère est intacte. Nous essayons de lui donner une issue politique et de donner une forme positive de l'expression de cette colère", a-t-il conclu. 

Appelé à se prononcer sur la polémique autour d'une représentante de l'Unef portant un voile lors d'une interview sur M6, le député LFI du Nord a mis en avant la laïcité. "Ça me gêne", a déclaré Adrien Quatennens. L'une des conditions de représenter la grande masse, c'est de mettre de côté ses convictions personnelles."

"Quand [la représentante de l'Unef] occupe sa fonction de responsable syndicale, ce serait souhaitable" qu'elle enlève son voile, a jugé Adrien Quatennens. "Je ne suis pas favorable à ce que des responsables syndicaux ou politiques portent des insignes religieux parce que je suis très attaché à la laïcité", a-t-il ajouté.

Adrien Quatennens s'est dit "plutôt d'accord" avec la réaction de Marlène Schiappa mercredi sur franceinfo. Mais au contraire de secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, l'élu "n'est pas d'accord pour dire qu'on pourrait voir là la promotion de l'islam politique". Le député La France insoumise a ajouté que ce cas "ne justifie pas qu'on s'attaque ou qu'on mette en cause cette femme".

Par ailleurs, interrogé sur les municipales de 2020, Adrien Quatennens "ne croit pas" que le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, se présentera à Marseille. "La place des uns et des autres dans le dispositif n'est pas encore calée, et je ne pense pas que Jean Luc Mélenchon prétende être maire de Marseille, mais toutes les hypothèses sont sur la table", a-t-il déclaré.  

Regardez l'intégralité de l'intervention d'Adrien Quatennens sur franceinfo le 17 mai 2018.


Commentaires