Roumanie : un réseau routier en grande souffrance

International Monde

par Nouvel Ordre Mondial 16 Vues comments

En Roumanie, la construction de nouvelles routes avance à très petits pas, 22 kilomètres par an. Le calcul émane des experts de Pro-Infrastructure, une ONG locale qui surveille l'état du réseau routier. Les autoroutes du pays totalisent environ 750 kilomètres et ne représentent que 5% de l'infrastructure routière nationale. Il y a pourtant une vraie demande pour un réseau plus étendu et de bonne qualité.Les autorités élaborent chaque année de grands projets mais la construction n'avance pas.

"La bureaucratie est très, très compliquée explique Ionut Ciurea, vice-président de l'ONG Pro Infrastructure. Nous avons beaucoup de problèmes notamment la construction des routes qui est bloquée dans l'attente de permis de construire et de permis environnementaux. La société routière n'est pas en mesure de lancer à temps les appels d'offres. Elle ne fait pas du bon travail avec les documents d'appel d'offres, du coup il y a ensuite beaucoup de contestations. Nous avons aussi de nombreux problèmes liés au manque de capacité administrative de la compagnie routière, des différents ministères, des différentes agences publiques et, bien sûr, nous avons des problèmes avec le secteur privé."

Une mauvaise planification de la construction entraîne parfois des catastrophes.

En 2015, un tronçon d'autoroute récemment ouvert dans l'ouest du pays s'est effondré en raison de glissements de terrain.//

Le secteur touristique souffre énormément de cette pénurie .

Pour le transport routier, les pertes seraient abyssales.

"Il faut parfois se mettre à la place d'un chauffeur de poids lourd indique Radu Dinescu, secrétaire général du syndicat national des Transporteurs (UNTTR). Parfois vous ne pouvez rouler que 60 km parce qu'il y a un pont qui ne peut pas supporter le poids de votre camion, ou alors c'est la route qui ne peut pas supporter le poids standard de votre camion, la norme européenne étant de 40 tonnes. Vous devez donc faire par exemple un détour de 180 km ! Nous avons ce genre de situations en Roumanie et malheureusement, elles durent depuis longtemps."

Avec ses 834 km de tronçon, la Roumanie constitue une partie importante du corridor paneuropéen n°4, un axe qui s'étend de Dresde en Allemagne à Thessalonique en Grèce. L'infrastructure roumaine est donc cruciale pour l'ensemble de l'interconnexion. Mais 70% seulement est en état de fonctionnement.

"Les infrastructures constituent la base de la convergence d'un pays et l'un des ingrédients les plus importants souligne Matteo Patrone, Directeur régional de la BERD pour la Roumanie et la Bulgarie. La Roumanie souffre clairement d'un déficit : avec moins de 750 km d'autoroutes, c'est sans doute le réseau le moins dense de l'Union européenne en termes de superficie et de population. Il y a donc beaucoup à faire de ce côté-là."

Selon les résultats d'une enquête du Forum économique mondial, en 2017, la Roumanie était au dernier rang des pays européens pour la qualité de ses routes.

En 2015, elle se classait 25ème sur 28 pour l'achèvement du réseau trans-européen de transport, un programme de développement des infrastructures de transport de l'Union européenne.


Commentaires