PS. Une partie de l’aile gauche quitte le parti

Dernières news

par Nouvel Ordre Mondial 10 Vues comments

(Le Télégramme)
« Le PS ne correspond plus à l’idée que je me fais du socialisme. Son but, c’est la défense des intérêts des gens modestes. La stratégie pour répondre à cet objectif, c’est le rassemblement des forces de gauche. Le PS a perdu de vue et l’objectif, et la stratégie », a lancé Emmanuel Maurel dans une interview au « Monde ».Le chef de file de l’aile gauche du PS, qui a obtenu 18,8 % des voix lors du Congrès d’Aubervilliers en avril, reproche aussi aux socialistes de ne pas avoir « tiré les leçons du quinquennat de François Hollande » et de s’aligner sur les positions d’une « social-démocratie européenne (qui) a failli ». Il estime que la nouvelle direction du PS n’a pas su « incarne (r) le sursaut ».

Emmanuel Maurel emmène une partie de ses troupes : « Je n’annonce pas un départ, mais une scission. Aujourd’hui, je ne pars pas seul, mais avec de nombreux militants, des centaines de cadres et d’élus sur l’ensemble du territoire », affirme-t-il.Selon son entourage, la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann devrait suivre son exemple ce samedi, lors d’un Conseil national du PS.

Donner une maison à la gauche républicaine



Emmanuel Maurel rejoint-il La France insoumise ? « Je ne pose pas les choses comme ça. Il y a d’abord un choix, celui de la rupture (…). C’est aussi une volonté, celle de donner une maison à la gauche républicaine. Le travail commencé avec les amis du Mouvement républicain et citoyen y contribuera ».Avant l’été, L’Union et l’espoir et le MRC ont créé un club, « Nos causes communes », qui a organisé une université d’été début septembre, à Marseille, dont Jean-Luc Mélenchon était l’invité de marque. Selon un proche d’Emmanuel Maurel, le MRC pourrait décider lors de son Congrès en décembre de se fondre avec les « maurelistes » dans une nouvelle entité alliée à La France insoumise.

La direction du PS a tenté de minimiser l’événement : « Emmanuel Maurel est seul dans son aventure », a affirmé Pierre Jouvet, proche du Premier secrétaire Olivier Faure. « Nous avons tout fait pour essayer de maintenir les différentes sensibilités au sein du parti (…). Jamais la position du PS n’a été aussi claire sur les questions européennes. C’est incompréhensible », a-t-il regretté.

Commentaires