"Pognon de dingue" : "Il ne faut pas faire une montagne d'une vidéo", selon Daniel Cohn-Bendit

"Pognon de dingue" : "Il ne faut pas faire une montagne d'une vidéo", selon Daniel Cohn-Bendit

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 16 Vues comments

Daniel Cohn-Bendit,& ancien député européen EELV.
Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen EELV. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen Europe Ecologie Les Verts (EELV) a réagi jeudi 14 juin aux propos d'Emmanuel Macron sur la politique sociale. "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux, les gens sont quand même pauvres. On n'en sort pas", a estimé le chef de l'État. Selon Daniel Cohn-Bendit, Emmanuel Macron "n'a pas dit on met trop de pognon. Il a dit on met beaucoup de pognon et les gens restent pauvres".  

"Est-ce que le constat est juste ou pas ? S'il est juste, il faut changer. Je ne sais pas s'il va y arriver, a-t-il poursuivi. De dire moi, je veux une aide sociale pour que les gens s'en sortent, je trouve que c'est la bonne stratégie."  Interrogé sur la forme de la communication du chef de l'État, Daniel Cohn-Bendit a estimé qu'"en France, avec Emmanuel Macron, les médias et l'opinion publique, vous avez des difficultés à le saisir. Je comprends. Il n'est jamais là où on l'attend""Il ne faut pas faire une montagne d'une vidéo, a-t-il ajouté. Arrêtons là-dessus."

Interrogé sur le périple de l'Aquarius et le conflit franco-italien qu'il suscite, Daniel Cohn-Bendit a déclaré : "Je crois que la France a fait une erreur." "Elle aurait dû accueillir l'Aquarius et après dire, maintenir il faut discuter et régler, parce que ça ne peut pas se passer comme ça", a-t-il ajouté. 

"Il y a un grand débat sur comment réformer Dublin", analyse Daniel Cohn-Bendit, à propos du règlement européen qui organise le transfert des demandeurs d'asile vers le premier pays européen qu'ils ont traversé.

L'Italie a pour sa part très mal réagi au commentaire d'Emmanuel Macron lorsqu'il a dénoncé "le cynisme" et "l'irresponsabilité" du gouvernement italien. "Il y a du cynisme, abonde Daniel Cohn-Bendit. Matteo Salvini [le ministre de l'Intérieur italien] est un cynique incroyable, c'est un type d'extrême droite. Mais il pose un vrai problème." Selon Daniel Cohn-Bendit, le bateau aurait pu arriver en Corse. Désormais, la priorité est de "négocier et aider l'Italie". "L'une des raisons pour lesquelles l'extrême droite à réussi à percer, c'est parce que l'Europe ne l'a pas aidée. Le problème n'est pas le cynisme de l'Italie, c'est l'incapacité de l'Europe et des Européens de se mettre autour d'une table et de trouver une solution." 

"Je vois une demi-finale France-Brésil et le vainqueur sera champion du monde", a pronostiqué, pour la Coupe du monde 2018, Daniel Cohn-Bendit, passionné du ballon rond. "Je crois que l'équipe la plus forte, c'est le Brésil", avance-t-il aussi.

"Tout dépend de Paul Pogba", avance Daniel Cohn-Bendit, sur les chances des Bleus. Il prête à Didier Deschamps la même intuition que celle qui a conduit Aimé Jaquet à construire l'équipe de France autour de Zidane en 1998. Un "alignement des planètes" qui pourrait se reproduire, espère l'ancien député européen : "Il faut avoir de la chance pour être champion du monde."

Regardez l'intégralité de l'entretien de Daniel Cohn-Bendit sur franceinfo le 14 juin 2018.


Commentaires