Pays-Bas: La motion contre le Premier ministre échoue

International Monde

par Nouvel Ordre Mondial 7 Vues comments

Nouvel Ordre Mondial | Pays-Bas: La motion contre le Premier ministre échoue

Une motion de défiance déposée après la démission du chef de la diplomatie néerlandais a été rejetée par les députés mardi.

Les députés néerlandais ont rejeté par une grande majorité une motion de défiance mardi contre le Premier ministre Mark Rutte. Celle-ci a été déposée après la démission du chef de la diplomatie Halbe Zijlstra lors d'un débat à la chambre basse du Parlement.

La motion de défiance, rejetée avec 101 voix contre et 43 voix pour, avait été introduite par le député Geert Wilders du Parti pour la Liberté (PVV). Ce dernier avait jugé «inacceptable» que le Premier ministre, à la tête d'une coalition très fragile, n'ait pas informé les députés du scandale autour de son ministre des Affaires étrangères.

En fin d'après-midi mardi, M. Zijlstra, ministre des Affaires étrangères depuis seulement quatre mois, a démissionné. Il a admis devant les députés avoir menti sur sa présence au cours d'une rencontre en 2006 avec le président russe, Vladimir Poutine.

Mark Rutte était sous le feu des critiques. Plusieurs députés étaient furieux qu'il n'ait pas immédiatement agi après avoir été mis au courant, il y a trois semaines, du mensonge de son plus fidèle ministre.

«Erreur de jugement»

«C'était une erreur de jugement de ma part» que de ne pas informer le Parlement à ce moment-là, a-t-il admis. «Je ne pensais pas que cette affaire aurait une telle portée politique. J'ai sous-estimé l'impact de ce mensonge», a reconnu M. Rutte avant que le leader du PVV (20 sièges) Geert Wilders ne dépose la motion de défiance.

Les partis membres de la coalition ainsi que les travaillistes du PvdA (9 sièges sur les 150) ont voté contre. Les socialistes notamment (14 sièges) ont voté en faveur de la motion de défiance.

La démission de Halbe Zijlstra, membre du parti libéral VVD de Mark Rutte est le premier scandale qui secoue la fragile coalition à quatre partis formée à l'issue de négociations laborieuses en octobre.

(nxp/ats)


Commentaires