Malgré son régime fast-food, Trump est «en excellente santé», selon la Maison Blanche

Actualité Internationale

par Nouvel Ordre Mondial 54 Vues comments

Malgré son régime fast-food, Trump est «en excellente santé», selon la Maison Blanche Nouvel Ordre Mondial, Nouvel Ordre Mondial Actualit, Nouvel Ordre Mondial illuminati

Donald Trump mange chez Tommy's Country Ham House, en Caroline du Sud, le 16 février 2016. — Paul Sancya/AP/SIPA

Le président américain Donald Trump est, à ses 71 ans, « en excellente santé », a informé vendredi soir la Maison Blanche en citant son médecin, après la première visite médicale depuis son arrivée au pouvoir il y a près d’un an.

« La visite médicale du président aujourd’hui à l’hôpital national militaire de Walter Reed s’est extraordinairement bien passée. Le président est en excellente santé », a déclaré le médecin Ronny Jackson, qui était auparavant en charge de son prédécesseur démocrate Barack Obama. Il doit donner des détails sur le bulletin de santé mardi. Ce bilan devait se limiter au poids, à la pression artérielle et au taux de cholestérol, des points sous surveillance alors que le président américain a une affection particulière pour les bugers, qu’il mange parfois au lit en regardant la télévision, selon une description du livre de Michael Wolff.

Alors que ses détracteurs s’interrogent ouvertement sur sa santé mentale, aucun examen psychiatrique n’était prévu pour celui qui s’est lui-même qualifié de « génie stable ».

Le président américain n’a aucune obligation de se soumettre à un bilan de santé, ni d’en rendre publics les résultats. Mais c’est devenu une tradition. Donald Trump, homme le plus âgé de l’histoire américaine à accéder à la présidence, suit ainsi les pas de ses prédécesseurs.

Pendant la campagne, son médecin personnel, Harold Bornstein, avait assuré qu’il serait « l’individu en meilleure santé jamais élu à la présidence ». Mais les questions sur sa stabilité mentale demeurent et viennent d’être relancées par le livre polémique du journaliste Michael Wolff qui dresse un portait au vitriol de l’ancien magnat de l’immobilier, assurant que son entourage doute de sa capacité à gouverner.


Commentaires