L'islamiste Djamel Beghal, mentor des frères Kouachi, sera expulsé vers l'Algérie à sa sortie de prison

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 24 Vues comments

"Un accord a été pris par le quai d'Orsay et les autorités algériennes", a déclaré Richard Ferrand, jeudi.

Son sort faisait l'objet de rumeurs depuis plusieurs jours. La France et l'Algérie se sont mises d'accord pour expulser la figure du terrorisme Djamel Beghal vers l'Algérie, a affirmé jeudi 12 avril Richard Ferrand, président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale. "Un accord a été pris par le quai d'Orsay et les autorités algériennes", a déclaré le député du Finistère lors de l'émission "Questions d'info" LCP-Le Point-AFP, et ce alors que l'islamiste algérien doit sortir de prison le 16 juillet.

"Il y a lieu de penser qu'un accord a été pris puisque cet individu, qui avait d'ailleurs été déchu de la nationalité française, a 20 ans de prison à aller purger dans son pays d'origine, puisqu'il avait été recherché et condamné pour des activités délictueuses et criminelles", a précisé Richard Ferrand. "Il regagnera son pays d'origine", a-t-il poursuivi. Djamel Beghal lui-même est favorable à cette option. "Il y a 10 ans, nous avions bloqué son expulsion vers l'Algérie en raison du risque de torture encouru. Le climat lui apparaît désormais plus apaisé", a expliqué à l'AFP son avocat, Bérenger Tourné.

Considéré comme le mentor de Chérif et Said Kouachi et d'Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, Djamel Beghal, 52 ans, est dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990. Il a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour association de malfaiteurs à visée terroriste.

Il termine de purger une seconde peine de 10 ans de prison pour un projet d'évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem. Ce dernier est un ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné à perpétuité pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en 1995 à Paris.


Commentaires