L’évêque de Viviers demande aux fidèles de ne pas participer à un week-end du MRJC de son diocèse

Religions

par Nouvel Ordre Mondial 23 Vues comments

Ce nouvel épisode intervient deux semaines après la polémique entre le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) et les évêques de France au sujet de l’avortement.

Fin janvier, le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) publiait un communiqué controversé condamnant la Marche pour la vie et défendant le « droit à l’avortement ». Quelques jours plus tard, une explication avait eu lieu entre ce mouvement d’Église et les représentants de l’épiscopat français. Tout semblait être rentré dans l’ordre.

Mais l’organisation, par la section ardéchoise du MRJC, d’un « week-end militant » intitulé « Genre voila ! », sur le thème du genre, du féminisme et de l’orientation sexuelle en milieu rural, pourrait raviver la polémique. Cette rencontre de formation et de débats doit se tenir les 3 et 4 mars à Annonay.

À lire : Après explications, les évêques renouvellent leur confiance au MRJC

En effet, l’évêque de Viviers, Mgr Jean-Louis Balsa, a publié lundi 12 février un communiqué au ton particulièrement ferme, demandant « à l’ensemble des acteurs de la pastorale des jeunes du diocèse de Viviers, en Ardèche, de ne pas participer à ce week-end, ni d’en faire la promotion ». Une décision prise en raison de « la gravité de la teneur de la proposition et les propos obscènes employés sur le tract », justifiant son « total désaccord » avec le projet du MRJC.

Insultes homophobes

Sur le tract en question, rédigé par ailleurs en écriture inclusive, on voit une silhouette féminine nue dans une bulle, entourée d’insultes et de remarques misogynes et homophobes parfois très grossières.

Contactée par La Croix, l’animatrice permanente de la section Ardèche du MRJC, Mélanie Morichon, a indiqué qu’à la suite de cette réaction, une rencontre était prévue avec l’évêque « dans les jours à venir ».

À lire : Ce que représente le Mouvement rural de jeunesse chrétienne

Selon la jeune femme, ce week-end et son thème sont prévus depuis l’Assemblée générale régionale Auvergne-Rhône-Alpes de septembre, bien avant la polémique au sujet de l’avortement. Quant à l’opportunité de diffuser un tract pouvant paraître « provocateur » de la part d’un mouvement d’Église, Mélanie Morichon affirme que l’illustration a certes fait l’objet de « discussions au niveau de la section, mais l’objectif était de toucher le plus grand nombre ».

Absent de l’évêché, Mgr Balsa n’a pu répondre pour l’instant aux sollicitations de La Croix.

À lire : Le débat dans l’Église est-il possible ?

Marie Malzac

Et aussi


Commentaires