Les horticulteurs croulent sous les offres d'emploi pour le chômeur à qui Emmanuel Macron conseille de se réorienter

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 9 Vues comments

Interrogé par franceinfo, le président de la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières décrit tout de même un "secteur en difficulté".

L'échange s'est déroulé dans les jardins du palais de l'Elysée, sous l'œil des caméras, samedi 15 septembre, lors des Journées du patrimoine. "Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve ! Ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler" : confronté à un jeune horticulteur au chômage, Emmanuel Macron lui a suggéré de se réorirenter. Face à la polémique naissante, Christophe Castaner a défendu le président, qualifiant d'"impasse" la voie dans laquelle ce demandeur d'emploi s'était engagé.

Qu'en est-il vraiment ? Depuis lundi matin, des producteurs ayant vu la séquence appellent la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP) pour proposer un emploi au jeune homme. Mais, interrogé par franceinfo, François Félix, son président, confirme cependant la crise traversée par sa profession. 

Franceinfo : Emmanuel Macron a-t-il raison de conseiller à ce jeune horticulteur au chômage de changer de secteur pour trouver un emploi ?

François Felix : Je suis navré que l'on parle de l'horticulture par le biais du chômage, ce n'est pas très positif. Mais les difficultés de ce jeune homme qui a échangé avec Emmanuel Macron pour trouver du travail recouvrent une réalité pour notre secteur. 

Le côté positif de ce buzz, c'est que depuis ce matin, au bureau de la FNPHP, on n'arrête pas de recevoir des offres d'emploi de producteur pour ce jeune homme. On s'est transformé en Pôle emploi ! Donc, on appelle ce jeune chômeur à se mettre en contact avec nous.François Félix, président de la FNPHPà franceinfo

Quelles sont les difficultés rencontrées par l'horticulture ? 

Il y a un paradoxe. Le végétal, dans les paysages [en milieu urbain par exemple] comme pour les particuliers, est très tendance, écologique car cela participe à réduire la température en ville par exemple. Donc cela marche bien, mais en France, la filière est en difficulté.  

En l'espace de sept ans, on a perdu 5 000 emplois, on est passé d'un peu plus de 6 000 d'entreprises à environ 3 300... François Félix, président de la FNPHPà franceinfo

Aujourd'hui, la filière pèse encore 18 000 emplois mais il y a une vraie crise. Et un autre paradoxe : beaucoup d'entreprises ont fermé, mais celles qui restent sont dynamiques, elles embauchent et parviennent à faire augmenter leur chiffre d'affaires dans un contexte de compétitivité très difficile. 

Les gouvernements successifs, quels qu'ils soient, ont eu tendance à savonner la planche de l'horticulture française parce que ce n'est pas une filière aussi importante économiquement que la viticulture ou l'oléiculture, par exemple. On est un peu oubliés dans les dispositifs gouvernementaux, on subit les conséquences de pas mal de réglementations, et on se retrouve en situation de distorsion de concurrence vis-à-vis de nos concurrents européens.

Et une autre difficulté s'annonce pour nous. Au 1er janvier 2019, un nouveau dispositif entrera en mesure : la suppression des exonérations de charge sur les travailleurs occasionnels dans nos métiers. Ce sera encore un coup alors que notre filière signe 27 000 contrats saisonniers par an. La suppression de ce dispositif va encore plus favoriser nos concurrents belges ou espagnols, déjà prisés actuellement en France, en raison du coût du travail moindre et de réglementations plus souples.

Christophe Castaner, délégué général de La République en marche, émet l'hypothèse qu'on n'a "pas indiqué [au jeune horticulteur au chômage] qu’il allait vers une impasse" lors de sa formation. Faites-vous la même analyse ?

Il y a un vrai travail à faire en matière de formation. Dans la filière végétale, il y a la production, mais aussi des paysagistes ou des jardineries. Ces deux derniers secteurs ont des difficultés à recruter. Je sais qu'on peine à recruter des responsables de pépinières par exemple. Il faut donc décloisonner les métiers. Peut-être qu'en termes de formation, on n'écoute pas assez les professionnels sur leurs besoins réels. 


Commentaires