Les catholiques congolais restent mobilisés contre Joseph Kabila

Religions

par Nouvel Ordre Mondial 31 Vues comments

Le collectif catholique à l’origine de trois marches de protestation contre le régime de la République démocratique du Congo annonce une « mobilisation générale » en août prochain, visant la démission du président Joseph Kabila.

Alors que l’Église catholique congolaise est en première ligne, depuis plusieurs mois, dans la contestation du régime de Joseph Kabila, le Comité laïc de coordination (CLC) vient d’annoncer une « mobilisation générale » les 12, 13 et 14 août prochains. L’information figurait dans un communiqué rendu public samedi 7 juillet.

L’Église assume sa dissidence en RD-Congo

Le CLC est le collectif à l’origine des trois marches de catholiques contre le régime de la République démocratique du Congo, entre décembre 2017 et février 2018. Ces marches de protestation avaient été organisées alors que des élections ne s’étaient pas tenues fin 2017, contrairement à l’accord dit de la « Saint Sylvestre », et avaient été sévèrement réprimées par la police (17 morts).

Les « grandes actions » que le CLC appelle cette fois de ses vœux à la mi-août prendront la forme de marches pacifiques, sit-in, villes mortes, grèves générales et autres actions de désobéissance civile. L’objectif est clair : « Obtenir la démission » du chef de l’État de la RD-Congo et de son gouvernement, devenus, selon le collectif catholique, « de véritables obstacles à des élections crédibles, transparentes et apaisées ».

Une parole ferme

Le CLC accuse ainsi le président Kabila de vouloir briguer un troisième mandat, malgré l’interdiction constitutionnelle qui lui est faite de ne pas se représenter après la fin de son mandat le 20 décembre 2016. Depuis ce jour, la RD-Congo est empêtrée dans une grave crise politique et sociale.

Kabila accuse l’Église catholique de « créer le désordre » en RDC

Le ton du communiqué du CLC se veut particulièrement ferme : si Joseph Kabila refuse de respecter la constitution et se présente malgré tout aux élections, le collectif catholique appelle le peuple congolais, dès le dépôt officiel de sa candidature, à ne plus le reconnaître « comme chef de l’État légitime » et appelle la communauté internationale à en faire autant.

Des craintes justifiées ?

Les craintes du CLC sont-elles justifiées, et l’actuel président entend-il se présenter à sa propre succession ? Alors que le 8 août est le dernier jour d’enregistrement des candidatures à la présidentielle du 23 décembre, la plate-forme électorale des partis au gouvernement d’union nationale autour du président Kabila a indiqué que le nom de son candidat sera connu d’ici à cette date.

INFOGRAPHIE – RD-Congo, le rôle de l’Église dans la transition démocratique

Alors que la RD-Congo est un pays d’Afrique centrale à dominante chrétienne (93 %), les catholiques y sont de plus en plus nombreux. C’est ce qu’a constaté en juin le cabinet d’étude Target, affirmant que les catholiques représentaient 39 % des Congolais en 2018, contre 36 % en 2017.

Mélinée Le Priol

Et aussi


Commentaires