Les Britanniques incités à limiter les emballages plastiques

Europe

par Nouvel Ordre Mondial 54 Vues comments

Theresa May a présenté un plan environnemental pour les 25 prochaines années. La mesure phare concerne la lutte contre les déchets en plastique.

Un plan environnemental à 25 ans

La Première ministre britannique Theresa May a présenté jeudi 11 janvier le plan environnemental du gouvernement pour les 25 ans à venir. Dénonçant « l’un des plus grands fléaux environnementaux actuels », la cheffe du gouvernement conservateur britannique a affirmé vouloir « faire de notre génération la première à laisser la nature dans un meilleur état qu’elle ne l’a trouvée ».

La mesure la plus saillante est un nouveau plan de lutte contre les déchets plastiques. Ces déchets peuvent être des emballages de produits, frais ou conditionnés, comme des sacs permettant de transporter ses achats. Les emballages de street food (nourriture achetée dans un fast-food ou pour une consommation dans la rue) sont également concernés.

À lire : les plastiques, source de pollution

Limiter les emballages en plastique

Le plan permettra d’étendre à tous les commerces d’Angleterre les sacs en plastique payants introduits fin 2015. Actuellement, la législation ne concerne que les grandes surfaces dont les clients doivent payer 5 pence – 6 centimes d’euro – par sac. La mesure décidée dans le plan présenté jeudi 11 janvier est déjà en vigueur en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, les trois autres nations constitutives du Royaume-Uni.

« Dans les années à venir, je pense que les gens seront choqués de voir à quel point nous permettons aujourd’hui que tant de plastique soit produit inutilement », a souligné Theresa May. « Rien qu’au Royaume-Uni, la quantité de plastique à usage unique gaspillée chaque année remplirait 1 000 Royal Albert Hall », une salle de spectacle de plus de 5 000 places à Londres.

Le plan présenté jeudi 11 janvier sera revu tous les cinq ans. Il prévoit également d’encourager les supermarchés à mettre en place des rayons sans emballages en plastique et d’aider la recherche environnementale. Theresa May a précisé que « le Brexit ne signifiera pas une baisse des normes environnementales ».

À lire : la grogne des Italiens contre les sacs payants

Pas de système de consigne

L’organisation écologiste Greenpeace estime que les mesures annoncées sont loin de répondre à l’ampleur de la crise environnementale. Dénonçant « une occasion manquée », Louise Edge, l’une de ses responsables au Royaume-Uni, a regretté que le plan ne prévoie pas d’instaurer un système de consigne, un dispositif « éprouvé pour écarter les bouteilles en plastique » et autres gobelets qui représentent des dizaines de milliers de tonnes de déchets chaque année dans le pays.

Avec l’équivalent d’un camion « de déchets plastiques dans nos océans chaque minute, nous ne pouvons attendre 25 ans de plus avant d’éliminer le plastique jetable », a ajouté Louise Edge.

Chez Wildlife Trusts, Stéphanie Hilborne a salué le plan, « bon à plusieurs titres » mais souligné qu’il n’avait aucune base légale. « Donc, il peut tout simplement disparaître ».

Pierre Cochez

Et aussi


Commentaires