Le synode sur les jeunes se prépare aussi sur les réseaux sociaux

Religions

par Nouvel Ordre Mondial 13 Vues comments

Le synode des jeunes veut profiter de la présence des jeunes sur les réseaux sociaux pour s’y mettre à l’écoute.

Après le questionnaire auquel les jeunes du monde entier avaient jusqu’à fin décembre pour répondre, le synode des évêques va continuer sa présence dans le monde numérique.

C’est désormais sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter) que va également se faire la préparation de la prochaine assemblée synodale, en octobre prochain à Rome, sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement des vocations ».

Dossier : Synode sur les jeunes

Ainsi, alors que 300 jeunes délégués des conférences épiscopales sont attendus à Rome du 19 au 24 mars prochain pour préparer l’assemblée d’octobre, il sera possible de participer via Facebook à cette « réunion présynodale » demandée par le pape François.

À lire : Un présynode des jeunes en mars 2018 à Rome

Cinq groupes linguistiques (dont le français) devraient être ouverts d’ici fin janvier, « afin de créer une dynamique d’échange », explique le père Ariel Beramendi, jeune prêtre bolivien au service du secrétariat pour la communication, mis à la disposition du secrétariat général du synode pour y gérer la communication sur les réseaux sociaux.

Au moment de la réunion présynodale de mars, ces groupes seront fermés, pour permettre aux participants de traiter des mêmes sujets que les participants physiquement présents à Rome à qui un modérateur partagera leurs débats.

L’ensemble de cette réflexion, sur place à Rome et sur Facebook, fera partie du document de travail envoyé aux évêques appelés à participer au synode d’octobre, ainsi que la synthèse du questionnaire proposé sur le site synod2018.va.

Questions en vidéo sur Instagram

« Même si nous savons que les jeunes sont surtout sur Instagram, nous avons privilégié Facebook car c’est un lieu facile pour installer une discussion mais aussi pour éviter les trolls », reconnaît le père Beramendi.

De fin janvier à fin août, il sera également proposé aux jeunes de répondre, sur Instagram, à une question mensuelle sur la base d’une courte vidéo de 15 secondes.

« Ce seront des questions très générales comme “Qui est Dieu pour toi ?”, “Qu’est-ce qui te rend heureux ?”, “Quel projet de famille as-tu ?” », explique le père Beramendi qui, dès le début, a mis en place le hashtag #synod2018 pour bien identifier les débats du Synode sur les réseaux sociaux.

#synod2018

« Un seul hashtag, dans une seule langue : toutes les conférences épiscopales l’ont accepté… même les Français, très attachés à leur langue », sourit le père Beramendi. Cette présence sur les réseaux sociaux sert moins au synode à s’exprimer sur son travail qu’à « écouter » ce que les jeunes ont à dire.

« L’Église veut vraiment entrer en dialogue avec la réalité de la jeunesse, veut comprendre et aider les jeunes, insiste d’ailleurs le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège dans un entretien à VaticanNews. Je crois que cette approche innove surtout par la recherche d’une nouvelle relation de l’Église avec les jeunes, empreinte d’un paradigme de responsabilité exempt de tout paternalisme. »

À lire : Amoris laetitia, réforme de la Curie, le cardinal Parolin explique l’agenda du pape

En même temps, faisant écho aux mots du président américain Kennedy – « Vous ne devez pas vous demander ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire, ce que vous devez faire, pour votre pays. » – le cardinal souligne que « le pape et l’Église demandent aux jeunes ce qu’ils peuvent faire, eux, pour l’Église, quelle contribution ils peuvent apporter à l’Évangile, aujourd’hui. »

« Et je crois que les jeunes sauront répondre à cette invitation avec leur générosité et aussi leur enthousiasme », affirme-t-il.

Nicolas Senèze, à Rome

Et aussi


Commentaires