Le service national universel sera bien "obligatoire", assure le porte-parole du gouvernement

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 69 Vues comments

Le service national universel sera bien "obligatoire", assure le porte-parole du gouvernement Nouvel Ordre Mondial, Nouvel Ordre Mondial Actualit, Nouvel Ordre Mondial illuminati

Plusieurs rapports remis à l'exécutif recommandaient pourtant de ne pas le rendre obligatoire, notamment pour des questions juridiques, mais c'était la promesse d'Emmanuel Macron lors de sa campagne.

Le débat semait le flou au sein de l'exécutif et de la majorité. Le "service national universel" promis par Emmanuel Macron sera bien "sera obligatoire" et "concernera toute la classe d'âge", a assuré le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, mardi 13 février, sur Radio classique et Paris première. Plusieurs rapports remis à l'exécutif mettaient pourtant en doute le bien fondé de cette option.

"On est en train de regarder les modalités techniques, il y a un rapport qui sera remis fin avril", a précisé le porte-parole du gouvernement, interrogé sur la tranche d'âge qui serait concernée. "C'est la totalité d'une classe d'âge, c'est universel, donc les garçons et les filles, et c'est obligatoire".

"On ne peut pas le rendre obligatoire pour des adultes" pour des raisons juridiques, a notamment déclaré lundi le président LREM de la commission de Défense de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Bridey, qui doit dévoiler un rapport sur le sujet le 21 février. "Il pourrait y avoir un recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme", a-t-il fait valoir.

Selon Les Echos, un rapport commandé en septembre par Matignon aux cinq inspections générales (administration, armées, finances, éducation, jeunesse et sports) évoque aussi d'"importantes questions" juridiques soulevées par un service national universel, qui pourrait contrevenir à la liberté d'aller et venir, garantie par la convention européenne des droits de l'Homme.

Dans un récent rapport remis au ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, le Conseil d'orientation des politiques de jeunesse préconise lui que ce service ne soit pas obligatoire pour une autre raison : éviter "une rupture" dans le parcours scolaire, professionnel ou dans la vie personnelle des jeunes.

Plusieurs ministres ont exprimé des positions divergentes sur le sujet. Le président de la République "a encore réaffirmé récemment qu'il voulait faire ce genre de service obligatoire" a expliqué le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb dimanche. Deux jours plus tôt, la ministre des Armées Florence Parly estimait elle que ce service national "n'aura probablement pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire".

En mars 2017, pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait promis de rétablir un "service national obligatoire et universel" d'un mois et pour l'ensemble d'une même classe d'âge, soit entre 600 000 et 800 000 jeunes par an.


Commentaires