Le Monde et Facebook, un beau conte de “Fake” (Canard Enchaîné)

Articles

par Nouvel Ordre Mondial 33 Vues comments


Cliquez pour agrandir.

Le vice-président du réseau social chargé des partenariats est aussi membre du conseil de surveillance du quotidien, précise le Canard enchaîné.

Alors que Le Monde, dans un éditorial publié ce jeudi, redoute « les risques » du futur projet de loi contre les « fake news » annoncé par Emmanuel Macron, le Canard enchaîné révèle que Facebook collabore directement avec le quotidien du soir pour faire le ménage sur le réseau social, fréquenté par 33 millions d’abonnés en France. Moyennant finance. Titre de l’article : « Entre “Le Monde” et Facebook, un beau conte de “fake” ».

Le Monde, « dans le cadre d’un partenariat avec Facebook, a été mandaté par le réseau social […] pour épousseter ses pages », écrit l’hebdomadaire satirique. « Julien Codorniou, le vice-président de Facebook chargé des partenariats, qui vit à Londres, est membre du… conseil de surveillance du « Monde » ! », précise le palmipède. Ce dernier est aussi un « grand ami de Xavier Niel – le coproprio du quotidien ».

« La romance entre Facebook et « Le Monde », elle, a réellement démarré en février 2017 », rappelle le Canard. À l’époque, le géant du Net demande aux journalistes de l’aider à traquer les « fausses nouvelles » sur ses pages. Un temps « pris d’un doute » éthique, Le Monde « a soulagé illico sa conscience », écrit l’hebdomadaire, qui parle de « pragmatisme financier ».

« Car Facebook paie désormais les journaux traqueurs de contenus sales », affirme le palmipède, qui a demandé sans succès au quotidien le prix du service rendu. « Mais c’est bien toute une équipe Web du journal (celle des « décodeurs ») qui a été mise au turbin pour le compte du réseau social ». Le Décodex du Monde a ainsi repéré 2 865 infos bidon sur Facebook et 147 pages sur les 1 198 épinglées ont été fermées, le plus souvent, en réalité, du fait de leurs contenus haineux ou racistes.

Sur Twitter, LibéDésintox, le service de fact-checking du journal Libération, affirme aussi recevoir « de l’argent de FB pour vérifier des contenus ».

Valeurs Actuelles


Commentaires