L'Australie a suffoqué en 2017, l'une des années les plus chaudes

Asie

par Nouvel Ordre Mondial 45 Vues comments

Sept des dix années les plus chaudes vécues par le vaste pays-continent sont survenues après 2005, et seule l'année 2011 s'est révélée plus fraîche que la moyenne, explique le Bureau de la météorologie (BOM) dans son rapport annuel sur le climat.

« Malgré l'absence d'El Niño, qui est normalement associé à nos années les plus chaudes, l'année 2017 est caractérisée par des températures élevées », a déclaré dans un communiqué Karl Braganza, chargé de la surveillance climatologique au BOM.

« Les températures diurnes comme nocturnes ont été plus élevées que la moyenne, en particulier les températures maximales, les deuxièmes plus élevées jamais recensées ».

Les États de Nouvelle-Galles-du-Sud et du Queensland, dans l'est, sont les plus durement touchés, enregistrant en 2017 leur année la plus chaude.

Parallèlement, les océans entourant l'Australie ont connu des températures « largement au-dessus de la moyenne ».

Le réchauffement de la température de l'eau a provoqué de graves épisodes de blanchissement de la Grande barrière de corail, joyau du patrimoine mondial. Il entraîne l'expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments.

Le BOM ajoute que la température annuelle moyenne a augmenté de 1,1 degré Celsius depuis 1910 en Australie, et que la majeure partie du réchauffement s'est produit après 1950.

Du fait de sa population relativement faible (24 millions d'habitants) eu égard à la taille de son territoire, et de sa très forte dépendance au charbon, l'Australie est un des pires émetteurs par personne de gaz à effet de serre.

Le BOM prédit que 2017 figurera parmi les trois années les plus chaudes jamais vécues au niveau mondial, et la plus chaude sans le phénomène El Niño. Ce phénomène météorologique affecte tous les trois à sept ans températures, courants et précipitations.


Commentaires