L'Afrique, moteur de la Francophonie

International Monde

par Nouvel Ordre Mondial 24 Vues comments

Réinventer la Francophonie jugée parfois "trop institutionnelle" et lutter contre les tentatives de destruction de l'ordre international et l'obscurantisme. Le président français Emmanuel Macron donne le ton dès l'ouverture de cette 17ème édition qui se tient à Erevan, en Arménie.

Pour le chef de l’État français, la Francophonie n'est pas "un espace fatigué mais un lieu de de reconquête". Il passe par les institutions internationales et les échanges : "Nous échangeons dans les sommets internationaux pour beaucoup d'entre nous souvent en anglais. L'anglais s'est imposé comme quelques autres langues selon les régions, comme une langue d'échange très forte, mais l'anglais est devenu une langue d'usage, je dirais de consommation, notre langue le français, il l'est tout autant, et nous devons faire davantage, mais c'est une langue de création. "

Mais "le premier combat de la francophonie", c'est l'Afrique et sa jeunesse" plaide le président français. Un constat partagé par le Premier ministre canadien Justin Trudeau : "Si on se fie aux tendances démographiques, on estime qu'environ 85% des Africains parleront le français d'ici 2050, en effet, l'Afrique s'impose comme le moteur de la Francophonie."

La nomination quasiment acquise de la chef de la diplomatie rwandaise Louise Mushikiwabo consacre ce "retour" de l'Afrique à la tête de la Francophonie, qui avait toujours été dirigée par des Africains. Elle devrait succéder à la Canadienne Michaëlle Jean, qui briguait un nouveau mandat.

L'Organisation internationale de la Francophonie c'est 84 pays et territoires "ayant le français en partage".

Quatre nouveaux observateurs font leur entrée : l'Irlande et Malte, qui comptent 12% et 13% de francophones, la Gambie, petit pays largement anglophone mais entouré de pays francophones, et enfin l’État américain de Louisiane qui compte 200 000 francophones sur près de 5 millions d'habitants.

En revanche l'Arabie Saoudite, très contestée sur les droits de l'Homme a dû retirer sa candidature.

avec AFP et Reuters


Commentaires