La justice australienne annule la condamnation d’un évêque

Religions

par Nouvel Ordre Mondial 6 Vues comments

Mgr Philip Wilson avait été condamné à 12 mois de prison en juillet, pour avoir couvert les actes d’un prêtre pédophile.

Même son ancien diocèse semble pris au dépourvu par la nouvelle. Mgr Philip Wilson, archevêque émérite d’Adélaïde et ancien président de la conférence épiscopale australienne, a vu annulée, jeudi 6 décembre, sa condamnation pour avoir couvert un prêtre pédophile.

En mai, il avait été reconnu coupable de n’avoir pas dénoncé les abus commis par Jim Fletcher, prêtre pédophile avéré, mort en détention en 2006. Mgr Wilson aurait eu connaissance de faits par de jeunes victimes dans les années 1970, alors qu’il était jeune prêtre.

Coupable d’avoir couvert un prêtre pédophile, un évêque australien quitte ses fonctions

Une démission forcée

Le 3 juillet, sa peine avait été fixée à 12 mois d’emprisonnement – commuée plus tard en assignation à résidence. Le lendemain, Mgr Wilson, qui s’était déjà mis en retrait de ses fonctions d’archevêque, avait refusé de démissionner, annonçant son intention de faire appel. L’homme d’Église de 68 ans, atteint de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce, a toujours clamé son innocence.

Mais la pression s’était accentuée les jours suivants, dans un pays profondément marqué par les crimes pédophiles commis en masse, particulièrement au sein de l’Église. Les victimes du père Fletcher, mais aussi des catholiques l’avaient appelé à la démission, et jusqu’au premier ministre, Malcolm Turnbull, qui en avait appelé au pape. La conférence épiscopale elle-même avait semblé « lâcher » Philip Wilson dans un communiqué : « Nous reconnaissons la douleur que cela représente (…). Mais nous n’avons aucune autorité pour le contraindre à démissionner. » L’archevêque avait finalement présenté sa démission au pape, qui l’avait acceptée le 30 juillet.

Australie : Mgr Philip Wilson démissionne

Nouvel appel du parquet

Dans sa décision jeudi 6 décembre, le juge a relevé des « incohérences » dans des déclarations d’une victime sur une conversation qu’il aurait eue avec Philip Wilson au sujet des abus. « Le tribunal n’a pu être convaincu au-delà du doute raisonnable que cette conversation ait vraiment eu lieu. » Au cours de l’audience, fin novembre, il avait par ailleurs été souligné que Mgr Wilson avait eu, par la suite, une attitude adaptée dans des situations similaires.

Secouée par la pédophilie, l’Église australienne tiendra un Concile plénier en 2020

Pour les victimes de Jim Fletcher, convaincues de la culpabilité de Mgr Wilson, la décision de la justice est un choc. Le parquet a d’ailleurs annoncé son intention de faire appel à son tour.

Quant au diocèse d’Adélaïde, il a pris acte, dans un communiqué, de cette décision intervenue au terme d’un « processus qui fut long et douloureux pour toutes les personnes concernées ». « Nous devons maintenant considérer les ramifications de cette issue », ajoute-t-il. Ce qui signifie sans doute que certains se posent la question de l’annulation de la démission de Mgr Wilson.

Gauthier Vaillant

Et aussi


Commentaires