La grogne des Arméniens contre leur ancien président

Europe

par Nouvel Ordre Mondial 19 Vues comments

Serge Sarkissian, l’ancien président au pouvoir depuis 2008, est présagé au poste de futur premier ministre. Des milliers d’Arméniens ont défilé dans les rues de la capitale en signe de protestation.

Trois mandats, c’était déjà trop. Des milliers de personnes ont manifesté à Erevan, lundi 16 avril, pour protester contre le maintien au pouvoir de l’ancien président Serge Sarkissian, proposé au poste de premier ministre. Des dizaines de personnes ont été blessées lors d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Les manifestants ont voulu se rendre au Parlement, après avoir défilé dans le centre-ville de la capitale, à l’appel du leader de l’opposition, Nikol Pachinian. « Notre objectif est d’empêcher – sans violence ou avec le recours à la force – Serge Sarkissian de diriger le pays pour la troisième fois consécutive », a assuré Nikol Pachinian. Les opposants scandaient à ses côtés les slogans : « l’Arménie sans Serge ! », « Serge est un menteur ! ». En réaction à la manifestation, le Parquet général arménien a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « troubles massifs ».

Serge Sarkissian, au pouvoir depuis 2008

Le nouveau président, Armen Sarkissian – qui n’a pas de lien de parenté avec son prédécesseur – a prêté serment lundi 9 avril dernier. Mais depuis la réforme constitutionnelle, les fonctions présidentielles sont devenues protocolaires. L’Arménie est désormais une république parlementaire constitutionnelle, où le pouvoir exécutif est entre les mains du premier ministre.

Pour l’opposition, cette réforme visait à maintenir au pouvoir Serge Sarkissian, considéré comme pro russe. Cet ancien officier de l’armée occupait le poste de président depuis 2008, après avoir été premier ministre en 2007-2008.

La réplique du Parti de la majorité

Le Parti républicain au pouvoir a pour sa part officiellement présenté au Parlement la candidature de Serge Sarkissian au poste de premier ministre, ce lundi 16 avril. L’issue du vote est attendue mardi 17 avril. Sans surprise, Serge Sarkissian devrait être élu à ce poste clé de l’ancienne république soviétique du Caucase.

« Le peuple a fait son choix lors des élections législatives en votant pour le Parti républicain. Et c’est le droit du parti qui a la majorité d’élire le premier ministre », a déclaré Edouard Charmazanov, le porte-parole de ce parti et vice-président du Parlement arménien. « Personne ne pourra nous empêcher de voter demain pour notre candidat Serge Sarkissian », a-t-il assuré.

La Croix (avec AFP)

Et aussi


Commentaires