Jean Jouzel. « Il faudra beaucoup d’inventivité ! »

Dernières news

par Nouvel Ordre Mondial 3 Vues comments

Selon le climatologue Jean Jouzel, « que les jeunes prennent le taureau par les cornes est extrêmement positif ».
Selon le climatologue Jean Jouzel, « que les jeunes prennent le taureau par les cornes est extrêmement positif ». (Photo François Destoc)

Quel regard portez-vous sur la grève mondiale des jeunes pour le climat ?

Un regard très bienveillant ! Que les jeunes prennent le taureau par les cornes est extrêmement positif. Ma génération est responsable d’une grande partie du réchauffement climatique, mais ce sont eux qui en seront les premières victimes si rien n’est fait. Je compte beaucoup sur eux.


À votre avis, la forme de mobilisation choisie par ces jeunes est-elle efficace ?

Oui. Faire grève, ne pas aller à l’école, pour un jeune, c’est un acte très fort. Mais le mouvement pourrait avoir une ampleur plus importante. Je ne suis pas hostile à la grève, j’encourage ceux qui veulent la faire à la faire, mais cela serait bien que les jeunes rejoignent les marches pour le climat, afin de se retrouver toutes générations confondues. Il faut donner une grande visibilité aux questions climatiques avant les élections européennes.


Que pensez-vous de Greta Thunberg, la figure de proue du mouvement ?

Je trouve qu’elle est remarquable. Souvent, à l’origine d’un mouvement, il y a une personne, un discours, qui sert de déclencheur. Cela a été le cas avec elle. Je pense vraiment que c’est bénéfique.


Quel pouvoir les jeunes ont-ils pour changer les choses ?

Les jeunes sont aussi des consommateurs et des émetteurs de gaz à effet de serre. Là où ils ont un vrai pouvoir de décision, c’est dans la mobilité.

Il faut bien réfléchir aux contributions qu’on peut faire, par exemple avec les voyages au long cours. Bien sûr, moins voyager en avion, ce n’est pas si facile. Je comprends l’envie de chacun de découvrir le monde.

Je ne veux pas être donneur de leçon. C’est compliqué de demander aux jeunes qui rentrent dans le monde des adultes de se comporter différemment de notre génération. Mais il y a aujourd’hui davantage de moyens de transport doux qu’il y a 50 ans. Il faut les utiliser. Et, là, les jeunes ont une partition à jouer !


Vit-on un moment décisif ?

Oui. Ce qui est en jeu, c’est l’environnement dans lequel les jeunes vivront quand ils auront mon âge. Mais c’est aussi le développement économique. Il faut une vraie transition qui soit la source d’un dynamisme dont les jeunes pourront profiter quand ils rentreront sur le marché du travail.

Cette transition écologique, difficile à mettre en œuvre, est une perspective assez enthousiasmante. Si on veut la réussir, il faudra beaucoup de recherche et d’inventivité, dans les développements techniques, dans les aspects sociétaux. Le fait de devoir changer le mode de développement ne doit pas être vu de façon négative, au contraire.


Commentaires