Ingérence russe: quoi que dise le DNI, Trump toujours dans le déni

Actualité Internationale

par Nouvel Ordre Mondial 10 Vues comments

Le sceau du Directeur national du renseignement américain (Photo: DNI)
Le sceau du Directeur national du renseignement américain (Photo: DNI)

L’ingérence de la Russie dans la politique américaine se poursuit et menace les élections de mi-mandat prévues en novembre, ont estimé mardi les chefs des services de renseignement américains lors d’une audition au Sénat.

«Au sein de la communauté (du renseignement), nous n’avons pas vu de preuve de changement significatif», a affirmé le directeur du Renseignement, Dan Coats.

Les principales agences avaient dénoncé les tentatives russes d’influencer le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2016, via les réseaux sociaux et la fuite d’informations piratées dans le camp démocrate afin de favoriser la candidature du républicain Donald Trump face à celle de la démocrate Hillary Clinton.

Le président Donald Trump a rejeté ces conclusions et Moscou dément catégoriquement et régulièrement les accusations américaines de son ingérence dans l’élection.

Plusieurs enquêtes parlementaires américaines tentent de faire la lumière sur ce sujet. Un procureur aux pouvoirs étendus a été nommé par le ministère de la Justice pour tenter de faire la lumière sur cette ingérence russe et sur des soupçons de collusion entre l’équipe de campagne du milliardaire et la Russie.

«Nous nous attendons à ce que la Russie continue à utiliser la propagande, les réseaux sociaux, les hommes de paille, les porte-parole favorables et d’autres moyens pour monter une grande variété d’opérations destinées à attiser les divisions sociales et politiques aux États-Unis», a expliqué M. Coats devant la Commission sénatoriale sur le Renseignement, à Washington.

Selon lui, «il ne devrait y avoir aucun doute sur le fait que la Russie estime que ses efforts ont porté leurs fruits et considère les élections de mi-mandat en 2018 comme une cible pour des opérations d’influences russes».

En novembre, les démocrates tenteront de reconquérir la majorité à la Chambre des représentants, où les 435 sièges seront remis en jeu, et au Sénat, qui sera renouvelé d’un tiers (33 sièges).


Ce n’est pas un Démocrate qui met en garde aujourd’hui contre la poursuite et les dangers de l’ingérence de la Russie dans la politique américaine et la menace qui plane sur les élections de mi-mandat. Dan Coats, un homme politique américain membre du Parti républicain, a été nommé directeur du renseignement national par Donald Trump lui-même. Et pourtant…

Le programme nucléaire nord-coréen est «une menace existentielle»

Le programme nucléaire nord-coréen représente «une menace existentielle» pour les États-Unis, a averti Dan Coats.

«Il faut bien avoir à l’esprit qu’il s’agit d’un problème existentiel, potentiellement existentiel, pour les États-Unis», a dit M. Coats.

«C’est une menace existentielle, potentiellement à l’encontre des États-Unis, mais aussi de la Corée du Nord», a-t-il insisté.

«L’heure de prendre une décision, sur comment répondre (à cette menace), se rapproche», a poursuivi Dan Coats, interrogé par les membres de la Commission du renseignement du Sénat.

«Notre objectif est de parvenir à un règlement pacifique», a souligné le responsable américain. «Nous exerçons un maximum de pression sur la Corée du Nord de différentes façons».

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un assimile «tout effort visant à lui faire renoncer à ses armes nucléaires à une menace existentielle à l’encontre de sa nation et particulièrement de son leadership», a ajouté Dan Coats, regrettant «la nature provocatrice et l’instabilité manifestées par Kim».


Commentaires