Indépendance de la Catalogne: Carles Puigdemont invité à débattre à Madrid en fin de semaine

Actualité Internationale

par Nouvel Ordre Mondial 46 Vues comments

Indépendance de la Catalogne: Carles Puigdemont invité à débattre à Madrid en fin de semaine Nouvel Ordre Mondial, Nouvel Ordre Mondial Actualit, Nouvel Ordre Mondial illuminati

Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, a signé puis suspendu une déclaration d'indépendance le 10 octobre 2017. — Quique Garcia/EFE/SIPA

Des tractations étaient en cours mardi en Espagne pour une éventuelle prise de parole devant le Sénat du président catalan, l’indépendantiste Carles Puigdemont, juste avant une prise de contrôle de la Catalogne par Madrid.

Le gouvernement espagnol s’apprête à suspendre l’autonomie de la région - une mesure sans précédent depuis que l’Espagne a recouvré la démocratie en 1977 - alors que les dirigeants catalans menacent toujours de proclamer l’indépendance.

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy compte destituer tout l’exécutif catalan et confier ses compétences aux ministères, prendre le contrôle de la police catalane, mettre sous tutelle le parlement et les médias publics régionaux, et organiser des élections régionales dans les six mois. Le Sénat, où le parti de Mariano Rajoy dispose d’une majorité absolue, doit décider vendredi s’il l’autorise à prendre ces mesures.

Avant cela, la chambre haute a toutefois invité Carles Puigdemont à s’exprimer devant elle, jeudi ou vendredi. Sa prise de parole pourrait prendre la forme d’un débat avec un membre du gouvernement espagnol, en commission ou en séance plénière, a précisé mardi à la presse le vice-président du Sénat, Pedro Sanz. Et ce débat pourrait même avoir lieu avec Mariano Rajoy lui-même, a-t-il laissé entendre.

Membre du parti conservateur du Premier ministre, Pedro Sanz a présenté cette invitation comme « un geste de générosité » envers Carles Puigdemont. Il a aussi souligné qu’en venant, le président catalan se « soumettrait au système en participant au jeu parlementaire ».

A Barcelone, le porte-parole de Carles Puigdemont, Jordi Turull, a assuré de son côté que le président catalan avait bien « la volonté » d’aller devant le Sénat « pour pouvoir expliquer et contester cette action de l’Etat espagnol ». « Mais je ne peux pas vous assurer que, matériellement, ce sera possible », a-t-il ajouté.

Il s’agirait pour le dirigeant catalan de présenter ses arguments contre le déclenchement de l’article 155 de la Constitution qui permet la prise de contrôle de sa région. Son application réveillerait des souvenirs douloureux dans cette région de 7,5 millions d’habitants dont l’autonomie avait été abolie pendant la dictature de Francisco Franco (1939-1975).


Commentaires