Giuseppe Conte déjeunera bien avec Emmanuel Macron

Europe

par Nouvel Ordre Mondial 51 Vues comments

Le président du Conseil italien qui menaçait de reporter sa visite à Paris à la suite de la crise entre l’Élysée et Rome, rencontrera finalement Emmanuel Macron comme prévu vendredi 15 juin.

L’Élysée a confirmé jeudi 14 juin la tenue du déjeuner prévu à Paris le lendemain vendredi avec le président du Conseil italien Giuseppe Conte. Emmanuel Macron « a souligné qu’il n’avait tenu aucun propos visant à offenser l’Italie et le peuple italien », lors d’un entretien téléphonique entre les deux hommes mercredi 13 juin dans la soirée.

Lors de cette conversation, ils « ont évoqué la situation du navire Aquarius et ont pu échanger sur leurs positions », et ont estimé que « l’Italie et la France [devaient] approfondir leur coopération bilatérale et européenne pour mener une politique migratoire efficace avec les pays d’origine et de transit ». Tous les deux « sont convenus, en vue du prochain Conseil européen fin juin, que de nouvelles initiatives étaient nécessaires et devaient être discutées ensemble », comme le précise l’Élysée dans un communiqué.

Aquarius : l’Europe n’arrive pas à s’entendre sur les migrants

La crise s’était aggravée mercredi 13 juin

La crise entre la France et l’Italie sur les migrants de l’Aquarius s’était aggravée mercredi 13 juin. Le président français avait dénoncé « la part de cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien » après son refus d’accueillir le navire humanitaire et ses 629 migrants. Rome exigeait des excuses de la France après ces propos jugés « inadmissibles », menaçant d’annuler la rencontre entre les dirigeants des deux pays. « Si les excuses officielles n’arrivent pas, le premier ministre Conte fera une bonne chose en n’allant pas en France », avait déclaré le ministre de l’intérieur Matteo Salvini, homme fort du gouvernement italien et patron de la Ligue (extrême droite).

Migrants : Matteo Salvini traque les navires des ONG dans les ports italiens

Presque au même moment, la numéro deux de l’ambassade de France à Rome Claire Anne Raulin était convoquée au ministère italien des Affaires étrangères, pour entrendre le ministre italien des Affaires étrangères Enzo Milanesi souligner le caractère « inacceptable » des déclarations faites à Paris.

Un report envisagé

Mercredi soir, Giuseppe Conte envisageait un report de sa visite plutôt qu’une annulation, estimant que « les conditions pour une rencontre n’existent pas pour le moment ».

Le ministre italien des Finances Giovanni Tria avait préféré rester à Rome plutôt que de rencontrer comme prévu mercredi son homologue français Bruno Le Maire. Ce dernier a dit « regretter » cette décision et espérer une nouvelle rencontre « très vite ». Emmanuel Macron avait appelé de son côté à ne pas « céder à l’émotion », assurant qu’il continuait à travailler « main dans la main » avec l’Italie.

La Croix (avec AFP)

Et aussi


Commentaires