Forum de Davos, le pape appelle à promouvoir une « économie centrée sur l’homme »

Religions

par Nouvel Ordre Mondial 25 Vues comments

Dans une lettre lue par le cardinal Turkson, le Saint-Père a appelé les 3 000 participants du forum économique mondial qui se tient du 23 au 26 janvier dans la station de ski suisse, à promouvoir une « économie centrée sur l’homme » plus juste et plus solidaire.

Dans un message adressé à Klaus Schwab, président fondateur du Forum économique mondial de Davos (Suisse) qui se tient du 23 au 26 janvier, le pape François a appelé les quelque 3 000 participants – dirigeants politiques et responsables économiques, représentants de la société civile – à bâtir « des sociétés plus inclusives, plus justes, plus solidaires, capables de restaurer la dignité de ceux qui vivent des temps incertains et sont incapables de rêver à un monde meilleur ».

Un « impératif moral »

En écho au thème central choisi pour cette 48e édition, « Créer un futur partagé dans un monde fracturé », le Saint-Père a particulièrement insisté sur la nécessité de promouvoir une « économie centrée sur l’homme », comme un « impératif moral » qui s’impose plus que jamais.

« Il est vital de sauvegarder la dignité de la personne humaine, en particulier en créant pour tous les occasions réelles d’un développement humain intégral et en mettant en œuvre des politiques économiques qui favorisent la famille », écrit ainsi le pape dans une lettre lue lors de la session d’ouverture par le cardinal ghanéen Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral.

Des « approches plus inclusives »

Dans ce document, daté du 12 janvier dernier, le pape François s’inquiète de la montée des tensions entre États à la faveur d’une compétition économique et de mutations technologiques qui font peser sur le monde la pression des intérêts privés et de la recherche du profit à tout prix. « Une évolution qui favorise la fragmentation des sociétés et l’individualisme plutôt que de faciliter les approches plus inclusives », avertit-il.

Autre sujet des préoccupations papales : l’instabilité financière née de la crise de 2008 qui continue d’entretenir la montée du chômage, la persistance de la pauvreté et de nouvelles formes d’esclavage moderne qui s’enracinent dans les situations de conflit et le problème des migrations.

Lire aussi : La crise des inégalités s’invite au Forum de Davos

« Le marché doit honorer les exigences de justice »

« S’ajoute à cela des modes de vie égoïstes, marqués par une opulence qui n’est pas durable et indifférente au sort des plus pauvres. À notre grande inquiétude, nous voyons les questions techniques et économiques dominer le débat politique au détriment des préoccupations pour les êtres humains. Au risque de traiter ces derniers comme des objets de consommation jetables quand ils ne servent plus », souligne encore le pape François, reprenant un argumentaire souvent, notamment dans son adresse au Parlement européen, à Strasbourg, en novembre 2014.

« Dans ce contexte, poursuit-il, la liberté économique ne doit pas prévaloir sur la liberté pratique de l’homme et sur ses droits et le marché ne doit pas être un absolu, mais honorer les exigences de justice. »

« Des valeurs authentiques »

Se voulant le porte-parole des sans voix, de ces « millions de personnes qui souffrent », le Saint-Père invite à rejeter ce qu’il appelle la « culture du déchet et de l’indifférence » et appelle le monde des affaires à prendre ses responsabilités pour créer les conditions qui permettront à chacun de vivre une vie digne.

« Si nous voulons un avenir plus sûr, qui encourage la prospérité de tous, alors il est nécessaire de garder la boussole continuellement orientée vers le vrai Nord, représenté par des valeurs authentiques », conclut-il.

Reste à savoir si les élites politique et financière réunies à Davos seront touchées par l’esprit de sagesse que le pape François a invoqué sur eux comme une grâce divine.

Antoine d’Abbundo, envoyé spécial à Davos

Et aussi


Commentaires