Evasion d'un détenu Fiché S: «La prison? Il ne connaît quasiment que cela»

Evasion d'un détenu Fiché S: «La prison? Il ne connaît quasiment que cela»

International Monde

par Nouvel Ordre Mondial 77 Vues comments

Nouvel Ordre Mondial | Evasion d'un détenu Fiché S: «La prison? Il ne connaît quasiment que cela»

Un détenu radicalisé s'est échappé de prison lors d'un transfert, mercredi en Bretagne. Un jour après, il court toujours et de nombreuses questions se posent.

Anthony P., un détenu suivi pour radicalisation s'est évadé mercredi de la maison d'arrêt de Brest, dans l'ouest de la France, au cours d'un transfert médical, a-t-on appris de sources concordantes. Cet homme de 21 ans est «un détenu de droit commun suivi au titre de la radicalisation», a expliqué la direction de l'administration pénitentiaire (DAP) à l'AFP.

Le prisonnier figure sur le fichier «S» des services de renseignement français. Le fichier «S» (risque d'atteinte à la «Sûreté de l'Etat») regroupe plus de 10'000 personnes dont pour moitié environ des islamistes radicaux ou des individus pouvant avoir un lien avec la mouvance terroriste.

Pas encore jugé, il avait été incarcéré pour vol, selon des sources proches de l'enquête. Il a réussi à s'échapper au moment de son arrivée à l'hôpital où il devait être pris en charge, a dit à l'AFP l'établissement, précisant qu'il s'était enfui à bord d'un véhicule qui l'attendait à proximité.

«Dépassé par l?événement»

L'homme «s'est mis à courir» dès sa sortie du véhicule qui le transportait de la maison d'arrêt à l'hôpital, a précisé le Syndicat national pénitentiaire Force ouvrière. Un agent est parvenu à «le plaquer une première fois au sol mais le détenu s'est relevé et a rejoint un véhicule où au moins deux hommes l'attendaient», a ajouté le syndicat sur Twitter. Les trois surveillants qui escortaient le détenu étaient non armés.

Le conducteur du véhicule qui a permis au détenu de quitter l'hôpital s'est rendu de lui-même au commissariat où il est actuellement en garde à vue. «Visiblement dépassé par l?événement, il a décidé de se présenter lui-même au commissariat», écrit le quotidien local Le Télégramme. Ce dernier a été mis en examen (inculpé) jeudi soir.

La justice a ouvert une enquête pour comprendre pourquoi et comment (par oral ou par écrit) l'homme avait été prévenu dès la veille de son transfert à l'hôpital, ce qui est contraire à la norme, selon Franceinfo. Deux téléphones portable ont également été retrouvés dans sa cellule.

«Je suis libre»

Anthony P. a déjà un casier judiciaire bien rempli, explique LCI. Il compte déjà 23 condamnations pour vols, recels, dégradations, outrages ou encore conduite sans permis. «La prison?? Il ne connaît quasiment que cela», glisse à Ouest France un syndicaliste de l'Administration Pénitentiaire. C'est d?ailleurs lors de ses nombreux séjours en prison que le jeune homme se serait radicalisé. Le syndicaliste évoque ses fréquentations et un changement de comportement et d'apparence: il s'était laissé pousser la barbe, portait la djellaba et faisait cinq prières par jour.


Condamné en 2014 pour s'être échappé de l'endroit où il était en «placement extérieur», Anthony P. avait laissé une lettre à l'attention de la directrice de la maison d'arrêt de Brest, sur laquelle était écrit: «Je suis libre».

(cga/afp)


Commentaires