ENQUETE FRANCEINFO. Sophia Chikirou : du Parti socialiste au Média, la trajectoire d'une insoumise

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 3 Vues comments

Comment la conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon est-elle devenue un personnage clé de son entourage, au sein de la France insoumise ? Franceinfo a remonté le fil de son itinéraire.   

La cellule investigation de Franceinfo a révélé vendredi 19 octobre que la société de la communicante Sophia Chikirou aurait facturé très cher certaines prestations, lors de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Qui est Sophia Chikirou, entendue par la police de Nanterre, vendredi ? Quel est son cheminement politique ? Comment est-elle devenue un personnage clé de l'entourage du patron des Insoumis ? Franceinfo a remonté le fil d'un itinéraire ambitieux. 

Comme Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou débute sa carrière politique au Parti socialiste. Après son diplôme à Sciences Po Grenoble, en 2000, la jeune militante monte à Paris où elle est repérée par le député-maire du 20e arrondissement, Michel Charzat. Sophia Chikirou devient son assistante parlementaire en 2002. L'ascension de la jeune femme au sein du PS va s’arrêter brutalement lors des élections législatives de 2007. Michel Charzat veut se représenter dans la 21e circonscription de Paris mais le PS s'y oppose pour cause de cumul des mandats. Michel Charzat pousse donc son assistante, Sophia Chikirou, mais la circonscription est finalement réservée à une autre candidate, George Pau-Langevin. L'élu sortant, furieux, se présente en candidat dissident, avec comme suppléante Sophia Chikirou. La campagne est très dure entre les militants socialistes et les dissidents.

L’affaire se termine mal pour le duo Charzat-Chikirou. Ils sont battus aux législatives et exclus du PS. Mais Sophia Chikirou montre déjà qu'elle n’a pas peur du débat, ni de l’affrontement direct, comme le raconte une de ses anciennes camarades qui souhaite rester anonyme. "Elle n’était pas très appréciée dans la section. Tout le monde avait l’air d’avoir une raison de lui en vouloir. Mais je crois que cela tient à son franc-parler. Elle n’a pas peur, témoigne-t-elle. Je me souviens de la réunion de section de rupture après sa campagne avec Charzat. On était tous assis en rond, sans table, parce que c’était le truc à l’époque, il fallait faire comme ça. Et au milieu, il y avait Sophia toute seule, qui répondait à toute la section liguée contre elle. Je me souviens de m’être dit, 'putain elle est courageuse cette fille'."

L\'affiche de la campagne des législatives 2007 dans la la 21e circonscription.
L'affiche de la campagne des législatives 2007 dans la la 21e circonscription. (DR)

Sophia Chikirou adhère immédiatement à La Gauche moderne, un petit parti créé par l'ancien maire socialiste de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, qui vient d'être nommé secrétaire d'État dans le gouvernement de François Fillon. À ce moment-là, Sophia Chikirou explique dans le quotidien Libération qu’elle "n'adhère pas au programme présidentiel, mais qu’elle soutient la volonté de réforme de Nicolas Sarkozy. (...) Le PS nous demandait d'attendre cinq ans. Moi je veux agir." Et "agir" pour elle, c’est se présenter aux élections.

Sophia Chikirou le 29 juin 2008 aux premières rencontres nationales de& la Gauche moderne,& le parti& crée par le maire de Mulhouse& Jean-Marie Bockel (ex-PS).
Sophia Chikirou le 29 juin 2008 aux premières rencontres nationales de la Gauche moderne, le parti crée par le maire de Mulhouse Jean-Marie Bockel (ex-PS). (DR)

Sophia Chikirou va très sérieusement envisager d’être candidate sur une liste UMP aux élections municipales de 2008. L'ancienne militante socialiste va rencontrer le chef de file du 20e arrondissement de Paris, Jean-Claude Beaujour, qui confirme : "Je l’ai rencontrée une fois, à la demande de Philippe Goujon et de Françoise de Panafieu qui étaient les leaders de la droite parisienne à l’époque. L’UMP pensait qu’elle pouvait faire partie de ma liste. Nous en avons donc discuté pendant environ une heure et demie. Elle ne m’a pas rappelé." Un de ses anciens camarades du PS affirme que Sophia Chikirou visait la tête de liste. Mais elle ne l’a pas obtenue.

Quelques semaines après cette nouvelle déconvenue, on la retrouve à la création du Parti de gauche (PG), le mouvement fondé en février 2009 par Jean-Luc Mélenchon, qui vient de quitter le PS.

Sophia Chikirou et Mélenchon se sont connus en militant ensemble pour Laurent Fabius lors de la primaire socialiste de 2006. Mais contrairement à son expérience au PS, au Parti de gauche, elle est assez discrète. On ne la voit jamais à la tribune, Sophia Chikirou ne prend jamais la parole publiquement. Une ancienne du PG raconte : "Elle n’a jamais eu aucune fonction officielle, ce n’était pas une militante de terrain, mais on la voyait à tous les conseils nationaux. Elle ne prenait jamais la parole à la tribune, ne participait à aucun débat. Mais tout le monde savait qu’elle avait un accès direct à Mélenchon."

En 2011, elle devient l'attachée de presse de Jean-Luc Mélenchon alors qu’il prépare sa première présidentielle, ce qui crée quelques remous, poursuit cette ancienne du Parti de gauche. "Je me souviens d’une réunion du comité du 20e du Parti de gauche. La première fois qu’on a vu son nom apparaître sur un communiqué de presse, il y a eu une bronca. Les militants disaient : ce n’est pas possible ! Les journalistes vont faire des recherches et ils vont trouver d’où elle vient. Le passage chez Bockel, ça ne passait vraiment pas", confie-t-elle.

La campagne présidentielle 2012 est plutôt réussie. Jean-Luc Mélenchon obtient 11% des suffrages. C’est un très bon score, mais par la suite, les législatives sont un échec. Sophia Chikirou s’éloigne de Jean-Luc Mélenchon.

Sophia Chikirou se recentre sur la société de communication qu’elle a créée avec deux associés pour la campagne, Mediascop. Elle assure notamment la communication de l’ancien trader Jerome Kerviel.

Puis elle se brouille avec ses deux associés et part à l’étranger, en Équateur, participer à une campagne du gouvernement contre une multinationale américaine, Chevron, qui est accusée d’avoir pollué la forêt amazonienne. Mais Jean-Luc Mélenchon n’est pas loin. En 2014, il se rend en Équateur pour participer lui aussi à cette campagne internationale.

Au printemps 2016, Sophia Chikirou part aux Etats-Unis observer la campagne de Bernie Sanders, le candidat battu par Hillary Clinton à la primaire démocrate. Son périple américain (qu'elle raconte elle-même dans le "blog des campagnes" de Mediascop) est le début de son retour sur la scène politique française. En juin 2016, sa société Mediascop qui était en sommeil décroche un petit marché auprès de Jean-Luc Melenchon, député européen, qui se paie sur son enveloppe parlementaire les services de Mediascop pendant quelques mois. Pour quoi faire ? Mystère. Ni Sophia Chikirou ni Jean-Luc Mélenchon n’ont souhaité nous le dire. C’est à cette époque qu’elle part observer la campagne de Podemos en Espagne, à la demande de Jean-Luc Mélenchon.

En septembre 2016, Mediascop devient officiellement l’agence de communication chargée de la campagne du leader de La France insoumise. La campagne est un succès du point de vue de la communication. Mediascop, omniprésente (stratégie de communication, réseaux sociaux, animation des meetings, objets publicitaires, vidéos…) réalise près de 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires. Les factures n’intéressent pas encore la justice.

C’est après la campagne que le visage de Sophia Chikirou va devenir connu du grand public. À la rentrée, elle lance le projet de web TV Le Média avec Gérard Miller et le réalisateur Henri Poulain. Sophia Chikirou en devient la présidente en décembre 2017. La chaîne réalise son premier journal le 15 janvier 2018. Les débuts sont compliqués. La rédactrice en chef, Aude Rossigneux est rapidement évincée. Les propos d’un intervenant, Claude El Khal, sur les images de la guerre en Syrie suscitent une grosse polémique mais la petite famille du Média semble faire front autour de sa présidente qui n’hésite pas à monter au créneau.

Pourtant, petit à petit, le climat se dégrade. Les relations se tendent au sein de la chaîne. Une première alerte publique a lieu en direct sur la chaîne le 14 juin 2018. Le Média fait alors un "point d'étape". Gérard Miller et Sophia Chikirou ont manifestement une appréciation différente de la situation financière du Média.

Ce 14 juin, en direct, Sophia Chikirou affirme que le Média perd 30 000 euros tous les mois, ce qui n’est pas un si mauvais résultat pour une chaîne qui n’a que six mois d’existence. Pas un mot sur la trésorerie. D’après plusieurs sources internes au Média, la chaîne n’en avait quasiment plus et elle perdait plutôt 80 000 que 30 000 euros par mois.

Les méthodes de management de Sophia Chikirou sont également critiquées lors d’un séminaire d’été organisé début juillet qui va virer au règlement de comptes. Le 4 juillet 2018, à la surprise générale, Sophia Chikirou annonce qu’elle quitte Le Média.

Le conflit aurait pu s'arrêter là, mais l'équipe continue d'étaler désaccords et accusations tout l'été sur les réseaux sociaux. Les principales critiques se cristallisent autour des finances de la web télé. Au mois de juin, Sophia Chikirou a encaissé un premier chèque du Média d’un peu plus de 64 000 euros pour le compte de sa société Mediascop. Selon elle, cette somme représente les services qu’elle a fournis lors du lancement de la chaîne. Mais la patronne de Mediascop réclame encore 67 000 euros dont près de 50 000 euros pour ses conseils personnels en stratégie.

Quand Sophia Chikirou a annoncé qu’elle quittait Le Média, elle n’a démissionné que de l’entreprise de presse, mais elle a conservé la tête de la société de production qui tient les cordons de la bourse. Elle va alors tenter de se faire payer cette deuxième facture de 67 000 euros. Le 27 juillet 2018 elle demande, par mail, à la banque d’effectuer un virement du Média vers Mediascop. Le banquier, alerté des problèmes à la tête de la web TV et voyant la trésorerie au plus bas, refuse. Le lendemain, Sophia Chikirou se rend donc en personne à l’agence du Crédit du Nord du 11e arrondissement de Paris qui gère les comptes du Média. Malgré son insistance, le banquier refuse à nouveau d’effectuer le virement.

En réalité, à ce moment-là, Sophia Chikirou a été révoquée par les autres dirigeants de la chaîne. Elle n’avait plus le droit d’ordonner ce virement. Le lundi suivant, des salariés du Média constatent à travers les vitres de son bureau qu’il a été vidé pendant le week-end. Mais la pièce reste fermée à clé. Sophia Chikirou affirmera plus tard qu’elle l’a perdue. Quand ils peuvent enfin entrer, les dirigeants constatent que tous les dossiers ont été emportés. Il manque des factures, le tampon de l’entreprise et la machine à broyer les documents.

Pour la journaliste Aude Lancelin, nouvelle directrice du Média, "si Sophia Chikirou avait pu effectuer le virement de 67 000 euros, elle nous aurait mis dans de très grandes difficultés". Les actuels dirigeants du Média expliquent en effet que ce qu’ils ont trouvé en caisse à leur arrivée était une dette de 100 000 euros. Depuis, ils ont lancé une opération d’appel aux dons pour tenter de sauver la chaîne.

Pour autant, le conflit est loin d’être soldé. Sophia Chikirou réclame toujours le paiement de sa facture, mais cette fois devant le tribunal de commerce où elle a assigné la web télé. Les dirigeants du Média eux, entendent bien qu’aucun euro ne soit versé à Mediascop. Une chose leur est restée en travers de la gorge. En partant, Sophia Chikirou a tenté de leur facturer la location de tabourets et de tables qui avaient servi pendant la campagne de Jean-Luc Mélenchon. La somme de 450 euros est relativement modeste mais le procédé a estomaqué ses anciens collègues.  

Les tables hautes et tabourets utilisés pendant la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon (à gauche) réutilisés sur le plateau du Média en 2018 (à droite).
Les tables hautes et tabourets utilisés pendant la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon (à gauche) réutilisés sur le plateau du Média en 2018 (à droite). (CAPTURES D'ECRAN)

Les coups bas continuent. Les dirigeants du Média n’ont même plus accès à la page Facebook originale de la chaîne, parce que des proches de Sophia Chikirou, qui détiennent les mots de passe, refuseraient de les leur donner.

A l’instant même où elle annonce sa démission de la chaîne, Sophia Chikirou annonce aussi qu’elle est engagée, avec sa société Mediascop, pour mener la campagne européenne de La France insoumise. Une décision qui a surpris pas mal de cadres de LFI qui n’étaient au courant de rien. L’un d’entre eux raconte : "La décision d’engager Sophia Chikirou pour la campagne européenne a été prise par Jean-Luc Mélenchon et lui seul. C’était au cœur de l’été, nous n’avions aucune réunion à La France insoumise. Moi, je l’ai appris dans la presse." Dans Le Monde, la responsable du programme, Charlotte Girard ose : "J’ai une crainte de parasitage de la campagne, Son arrivée n’a jamais été discutée, son poste n’est pas encore fixé". Jean-Luc Mélenchon ne lui aurait pas pardonné et ne lui adresserait plus la parole, d’après plusieurs sources.

Le 2 septembre 2018, Jean Luc Mélenchon, sur BFMTV,  tente donc d’éteindre l’incendie qui couve en justifiant son choix de confier sa campagne à la patronne de Mediascop (vidéo à partir de 29 minutes et 50 secondes). 

Le leader de La France insoumise prend la défense de sa communicante, "indiscutable sur le plan moral" selon lui, et poursuit : "Vous ne vous rendez pas compte, on ne trouve pas des Sophia Chikirou sous le pas d’un cheval !". Selon lui, entre autres faits d'armes, Sophia Chikirou "a fait la campagne de Lopez Obrador au Mexique, pendant dix jours, dans l’état-major central, et il a gagné l’élection !".

Nous avons donc contacté le porte-parole du vainqueur de la présidentielle mexicaine, Jesus Ramirez Cuevas, qui se souvient effectivement avoir vu la communicante "pendant une semaine" (cinq jours en fait, d’après nos informations). D’après lui, Sophia Chikirou n’a eu aucun rôle opérationnel dans la campagne d'Andres Manuel Lopez Obrador. "Nous avons échangé des idées, explique-t-il, comme nous le faisons avec de nombreux étrangers." Jean-Luc Mélenchon aurait donc un peu forcé le trait ?

Sophia Chikirou elle-même n’hésite pas, parfois, à réécrire l’histoire au profit de son champion, comme lors d'une intervention devant les étudiants de l’Ecole française des attachés de presse (Efap) de Grenoble. Sophia Chikirou leur explique que, selon elle, on a caché aux Français le fait que Jean-Luc Mélenchon, s’il avait été au deuxième tour, aurait battu Emmanuel Macron.

Les propos que la dirigeante de Mediascop tient ce jour-là sont totalement faux. La règle qu’elle évoque, selon laquelle on ne peut pas publier les sondages de deuxième tour quinze jours avant le premier tour n’existe pas. Des sondages évaluant les chances de Jean-Luc Mélenchon face à Emmanuel Macron ont d'ailleurs bien été publiés. Et tous disaient la même chose : Emmanuel macron battait Jean-Luc Mélenchon en cas de duel au deuxième tour.

Signe des temps ? Sophia Chikirou et sa petite équipe ne travaillent plus au siège de la France insoumise sur la campagne des Européennes. Depuis quelques jours, Mediascop a loué une cinquantaine de mètres carrés de bureaux dans le centre de Paris.


Commentaires