En Allemagne, une église rasée pour faire place à une mine de charbon

Europe

par Nouvel Ordre Mondial 37 Vues comments

L’église d’Immerath, en Allemagne, a été rasée pour permettre l’extension d’une mine de lignite à ciel ouvert, exploitée le géant RWE. Paroissiens et écologistes s’indignent de cette décision.

Immerath, ses maisons en briques rouges, son moulin, son cloître des Filles de la Croix de Liège, son église Saint-Lambert… Son cloître ? Son église ? Disparus. Comme une grande partie de ce village de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne. Depuis 2013, Immerath est un village fantôme où ne persistent qu’une soixantaine d’irréductibles.

Les quelque 700 habitants, leurs maisons, le chemin de croix du XVIIIe siècle et d’autres monuments du village ont été déplacés vers Immerath Neu, une ville nouvelle construite de toutes pièces dans cette région rurale, pour laisser la place à une mine de charbon.

ZOOM : Réchauffement climatique, un agriculteur péruvien contre le géant allemand de l’énergie

Paroissiens et écologistes unis contre le projet

La vieille église, construite à la fin du XIXe siècle, elle, n’a pas eu la chance d’être déménagée. En début de semaine, elle a purement et simplement été rasée, malgré la vive opposition des habitants et de militants écologistes. « Qui détruit la culture détruit aussi les êtres humains », avaient clamé en vain des militants de Greenpeace sur une banderole, lundi 8 janvier matin.

Il aura fallu deux jours aux excavatrices pour démolir la nef et les deux clochers de l’église, après une bataille juridique remontée jusqu’à la Cour constitutionnelle allemande. L’église avait été déconsacrée après un dernier office, àla fin 2013. Le cimetière, lui, a été déménagé avec ses occupants.

REPORTAGE : La Ruhr veut croire en son avenir

Étendre une mine de lignite de RWE

Le déménagement d’Immerath et la destruction de l’église doivent permettre à l’énergéticien allemand RWE d’étendre une mine de lignite à ciel ouvert. Ce charbon brun, polluant mais très bon marché, exige d’immenses surfaces d’extraction puisqu’on ne le trouve pas en profondeur.

L’exploitation du site de Garzweiler est prévue jusqu’en 2045 et entraînera le déplacement d’une vingtaine de villages et hameaux, soit environ 8 000 habitants. Un tronçon de l’autoroute A44 a dû être détruit, et une partie de l’A61 devrait l’être également.

Le charbon, 40 % de l’électricité allemande

En Allemagne, d’autres déplacements de population liés aux mines de charbon ont eu lieu en Lusace, une région proche de la Pologne. En 2007, une église vieille de 750 ans avait été déménagée de 12 kilomètres, sur deux plates-formes roulantes et pour un coût de trois millions d’euros, pour éviter de la détruire.

Le charbon représentait 40 % de l’électricité consommée en Allemagne en 2016, selon les autorités. Après Fukushima, l’Allemagne souhaite abandonner le nucléaire, mais a besoin du charbon pour assurer la transition avec les énergies renouvelables encore trop peu développées. Ce mix énergétique charbonné pose toutefois problème pour les objectifs de réduction de gaz à effet de serre.

ANALYSE : L’Allemagne risque de manquer ses objectifs climatiques

La Croix (avec AFP)

Et aussi


Commentaires