Crise migratoire: Aquarius: «Cette inaction de l'Europe est criminelle»

International Monde

par Nouvel Ordre Mondial 51 Vues comments

Nouvel Ordre Mondial | Crise migratoire: Aquarius: «Cette inaction de l'Europe est criminelle»

Après le refus de l'Italie et Malte de recevoir son navire, l'association SOS Méditerranée lance un appel aux Etats européens.

L'association européenne de sauvetage en mer SOS Méditerranée a exhorté mercredi les Etats européens à trouver une solution politique pour préserver les vies humaines.

L'Italie et Malte ont refusé ce week-end d'accueillir son navire Aquarius et ses 629 migrants.

Après plus de 36 heures d'immobilisation dans les eaux internationales, l'Aquarius et deux navires italiens sur lesquels ont été transbordés plus de 520 migrants ont mis le cap vers le port de Valence. L'Espagne est le seul pays à proposer de le recevoir après les refus de l'Italie et de Malte.

«Face à cette situation de blocage avec l'Italie, qui n'est pas conforme au droit maritime international, il faut trouver des solutions. On en appelle aux autorités des Etats européens qui sont tous concernés et responsables», a dit à la presse la directrice et co-fondatrice de SOS Méditerranée, Sophie Beau.

«Inaction criminelle»

«Cette inaction de l'Europe est criminelle. La société civile se mobilise là où les Etats sont défaillants et il faut une solution politique en mer Méditerranée», a-t-elle ajouté. La flottille devrait mettre plus de trois jours pour atteindre le port espagnol distant d'environ 1500 km, en raison de conditions météorologiques difficiles. «C'est honteux. En tant qu'Européen, je ressens de la honte, honte qu'un bateau soit resté plusieurs jours en Méditerranée sans que personne ne veuille prendre en charge ces personnes», a déclaré le Haut Commissaire aux Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

«Il est évident que l'Europe a besoin de réformer son système d'asile de manière collective. Il y a beaucoup de résistance à cela mais il n'y a pas d'autre moyen», a ajouté le diplomate italien.

«Imbroglio politique»

La fin de non-recevoir imposée par l'Italie au navire humanitaire a provoqué un début de crise en Europe sur la question de l'accueil des migrants secourus au large de la Libye. Le président français Emmanuel Macron a dénoncé mardi l'attitude «cynique» et «irresponsable» de l'Italie, invoquant le droit pour justifier la décision de la France de ne pas accueillir l'Aquarius sur ses côtes.

Les déclarations de M. Macron ont été très mal reçues à Rome, qui exige des excuses de Paris et a convoqué l'ambassadeur français. Le ministre italien de l'Economie, Giovanni Tria, a par ailleurs annulé sa rencontre avec son homologue français Bruno Le Maire, prévue ce mercredi à Paris.

Un «imbroglio politique» qui a suscité «frustration et indignation» à bord de l'Aquarius selon Sophie Beau, comme auprès d'une partie de l'opposition de gauche, d'élus de la majorité et d'associations. La directrice de l'ONG a souligné que l'Italie ne pouvait être tenue comme seule responsable d'une situation qui a entraîné la mort d'au moins 15'000 personnes ces trois dernières années.

Emotion «bien tardive»

Elle a jugé «bien tardive» l'émotion suscitée par le sort de l'Aquarius et de ses migrants. «Personne n'entend les appels de détresse, personne ne reçoit, personne ne voit rien», a-t-elle poursuivi. «Tous les Etats européens savent qu'il va y avoir des milliers de morts devant nous en Méditerranée centrale».

Elle a confirmé l'existence d'un nouveau naufrage mardi dans la zone quittée par l'Aquarius, au large de la Libye, avec 41 personnes secourues par un bateau d'une ONG allemande et par un navire de la marine américaine. Au moins une douzaine de personnes sont mortes dans le naufrage du bateau pneumatique.

Sophie Beau a enfin fait état du sauvetage de 900 personnes par un bateau des gardes-côtes, qui a débarqué mercredi les rescapés dans un port sicilien. Le bateau transportait environ 200 mineurs, dont le plus petit est un bébé de trois mois, a précisé l'ONG Save the Children.

Sophie Beau a dénoncé une «gestion aberrante» des autorités italiennes qui refusent les bateaux d'ONG et acceptent ceux de ses gardes-côtes. «La vocation de l'Aquarius n'est pas d'être le taxi de la Méditerranée, mais un navire qui patrouille sur zone pour porter secours à des embarcations qui n'ont que dix heures de survie devant elles», a-t-elle conclu.

(nxp/ats)


Commentaires