Campagne de Jean-Luc Mélenchon : après les démentis de Sophia Chikirou, la cellule investigation de franceinfo maintient ses révélations

Politique

par Nouvel Ordre Mondial 9 Vues comments

Malgré les propos de l'ex-directrice de communication du candidat de La France insoumise mardi sur BFMTV, la cellule investigation de franceinfo estime que ces déclarations ne remettent pas en cause ses révélations. 

"Dans l'état actuel, nous maintenons tout ce que nous avons écrit", a déclaré Sylvain Tronchet, journaliste à la cellule investigation de franceinfo après les propos de Sophia Chikirou sur BFMTV mardi soir. L'ex-directrice de communication de Jean-Luc Mélenchon a réfuté les soupçons évoqués dans le cadre de la campagne présidentielle du candidat de La France insoumise. Il n'y a eu ni surfacturation, ni enrichissement personnel, ni détournement de fonds publics, selon elle. Sophia Chikirou a notamment qualifié de "fake news" l'enquête publiée par la cellule investigation de franceinfo vendredi dernier qui montrait que sa société a facturé très cher certaines prestations.

franceinfo : Les propos de Sophia Chikirou remettent-ils en cause vos révélations ? 

Sylvain Tronchet : Dans l'état actuel des choses nous maintenons tout ce que nous avons écrit. Par exemple, Sophia Chikirou hier soir a expliqué qu'elle n'était que prestataire de la campagne de Jean-Luc Mélenchon. En clair qu'elle n'avait pas cette double casquette qui a attiré l'attention de la commission des comptes de campagne, à la fois décisionnaire dans le staff, et fournisseur via sa société. C'est ce qu'elle dit. Nous avons pourtant un organigramme qui a été fourni par l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon à la commission : il y est écrit en toutes lettres Sophia Chikirou, directrice de la communication, pas prestataire.

Est-ce que Sophia Chikirou a contredit les tarifs que vous avez donnés ?

Elle a tenté de le faire. Mais là encore, quand elle affirme que le téléchargement de 19 sons des discours de Jean-Luc Mélenchon sur le réseau social soundcloud a pris en réalité quatre à cinq jours, que c'est pour ça que cela a été facturé près de 5 000 euros. Non. Le téléchargement d'un discours prend tout au plus 10 minutes. Plusieurs spécialistes nous l'ont confirmé. Nous l'avons constaté. 19 discours, c'est trois à quatre heures de travail, pas quatre à cinq jours.

Quant au sous-titrage de vidéos facturé 200 euros la minute sous-titrée. Nous en faisons ici à franceinfo, ça prend à peu près une demi-heure de travail. Pour 200 euros, chacun jugera si c'est cher ou non...

Sophia Chikirou affirme que son salaire n'excédait pas 4 000 euros.

Sophia Chikirou a affirmé que nous avions dit qu'elle touchait un salaire de 15 000 euros par mois, ce qui n'est pas vrai. Nous avons dit qu'elle facturait son travail en moyenne 15 000 euros par mois. À cela, nous l'avions dit, il faut retirer les charges de l'entreprise tout en notant qu'elles étaient faibles parce que Mediascop est une société qui n'a pas de locaux et qui était très largement prise en charge par la campagne de Jean Luc Mélenchon. 

Sophia Chikirou a donc affirmé que son salaire n'excédait pas 4 000 euros par mois. On croit comprendre que c'est le salaire qu'elle se verse en tant que dirigeante de Mediascop. Mais il y a un point qu'elle n'évoque pas, c'est qu'elle est aussi la seule actionnaire de la société. Or, elle peut également se payer en dividendes ce qu'elle a fait fin 2016 grâce aux premiers versements de la campagne Mélenchon. Elle s'était versé 64 000 euros de dividendes pour quatre mois de campagne. A-t-elle également touché des dividendes en 2017, là où elle a facturé près d'un million d'euros ? Elle n'a pas répondu à cette question et les comptes 2017 de sa société n'ont pas été publiés.


Commentaires