Allemagne: La survivante d'un groupe néonazi condamnée à perpétuité pour 10 meurtres

Actualité Internationale

par Nouvel Ordre Mondial 15 Vues comments

Allemagne: La survivante d'un groupe néonazi condamnée à perpétuité pour 10 meurtres Nouvel Ordre Mondial, Nouvel Ordre Mondial Actualit, Nouvel Ordre Mondial illuminati

Beate Zschäpe, le 20 décembre 2017 à Munich. — Se/action press/Shutter/SIPA

Après cinq années de débats, le verdict vient de tomber. A Munich, l’Allemande Beate Zschäpe, seule survivante d'un groupuscule néonazi, est condamnée à perpétuité pour sa participation à une dizaine de meurtres racistes.

Le tribunal de Munich a également refusé à l’accusée de 43 ans la possibilité de demander une libération conditionnelle au bout de quinze ans, en raison de la « gravité particulière » de sa « faute ».

Beate Zschäpe était jugée depuis mai 2013 pour sa participation au meurtre de huit Turcs ou personnes d’origine turque, d’un Grec et d’une policière allemande, tués entre 2000 et 2007. Les meurtres racistes visaient des petits commerçants dans toute l’Allemagne.

Membre d’un trio de néonazis originaires de l’ex-RDA communiste et baptisé « Clandestinité nationale-socialiste » (NSU), Beate Zschäpe est également soupçonnée d’être impliquée dans deux attentats contre des communautés étrangères et 15 braquages de banque, selon l’acte d’accusation.

Elle est la seule rescapée du trio qu’elle formait avec Uwe Mundlos (38 ans) et Uwe Böhnhardt (34 ans) et qui a vécu dans la clandestinité pendant 14 ans. En novembre 2011, les deux hommes ont été retrouvés morts par balles dans une caravane par la police au moment où celle-ci venait les arrêter.

Le ministère public assure que l’accusée a apporté un soutien logistique important à ses deux compagnons et géré les finances du trio tout en leur trouvant des logements durant les nombreuses années de leur vie clandestine.

Cette affaire a profondément bouleversé l’Allemagne et jeté une lumière crue sur les défaillances des services de renseignement intérieur, tout en mettant en lumière le danger sous-estimé des réseaux d’extrême droite allemands. Elle a également embarrassé le gouvernement allemand, les meurtriers présumés ayant pu agir pendant des années sans être inquiétés. La chancelière Angela Merkel avait exprimé « la honte » de son pays devant ces crimes.

Durant les cinq années de débats devant une Cour de Munich, Beate Zschäpe est restée quasiment muette, avant de finalement assurer à la clôture des débats que l'idéologie d'extrême droite n’avait « vraiment plus aucune importance pour elle ». « S’il vous plaît, ne me condamnez pas pour quelque chose que je n’ai ni voulu ni commis », a-t-elle notamment lancé au président du tribunal, Manfred Götzl.

Il avait fallu attendre deux ans et demi d’audience pour qu’elle s’adresse pour la première fois à ses juges dans une lettre lue par l’un de ses avocats. Elle avait alors rejeté alors toute responsabilité dans les meurtres et les deux attentats à l’explosif contre des communautés étrangères.


Commentaires