Affaires Ramadan: «Doit-on en arriver là?!»

International Monde

par Nouvel Ordre Mondial 38 Vues comments

Nouvel Ordre Mondial | Affaires Ramadan: «Doit-on en arriver là?!»

Près de 100 personnalités ont rédigé une lettre ouverte dans laquelle ils exigent une «procédure équitable» pour le prédicateur genevois.

«Pourquoi M. Ramadan a-t-il été privé de liberté sous caution lors de l'enquête préliminaire (alors) qu'il s'est rendu volontairement à l'interrogatoire et a donné toutes les garanties requises? (...) Existe-t-il une forme de justice pour les musulmans en France et une autre pour tous les autres?» Dans une lettre ouverte relayée jeudi par le Groupe pour le droit à une procédure équitable pour Tariq Ramadan (DPETR), près de 100 personnalités exigent une «procédure équitable» pour le prédicateur genevois, rapporte Belga.

Accusé de viols, l'intellectuel est incarcéré depuis février en France. Chercheurs, journalistes ou politiciens dénoncent le fait que Tariq Ramadan n'ait droit qu'à des visites limitées de sa famille, qu'il n'ait pas accès au dossier et qu'il soit encore en détention provisoire malgré la sclérose en plaques dont il souffre. Ces personnalités originaires notamment de Belgique, du Royaume-Uni, de France ou des Etats-Unis s'interrogent sur le «traitement» réservé au Genevois. Elles se demandent si Ramadan a bien droit à une «procédure judiciaire juste et équitable, dans laquelle il est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire» et demandent «l'application et le respect d'une justice égalitaire et impartiale».

L'état de santé du prédicateur inquiète les signataires de la lettre, parmi lesquels figurent le cinéaste Ken Loach, le philosophe canadien Charles Taylor ou encore le journaliste britannique Peter Oborne. «Les magistrats français semblent ignorer les diagnostics de neuf médecins qui stipulent que M. Ramadan souffre d'une sclérose en plaques, y compris l'avis de l'autorité médicale en chef de la prison qui a confirmé que son état de santé n'était pas compatible avec le maintien en détention», ont-ils déploré, avant d'ajouter: «Doit-on en arriver là?!»

(joc)


Commentaires